Tripalio

Nouveau modèle de société : le pacte de confiance proposé par la CFE-CGC | Tripalio
jo : Allianz Vie est agréée pour une nouvelle activité d'assurance       jo : Avis d'extension d'un avenant dans la branche des salariés intérimaires       jo : Avis d'extension d'un accord (Ain) dans la branche des ouvriers du bâtiment       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de l'industrie des produits du sol       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord dans la fabrication de l'ameublement       jo : Avis d'extension d'un accord dans les foyers pour jeunes travailleurs       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les commerces et services de l'audiovisuel       bocc : Le financement de la formation professionnelle dans la CCN des fleuristes       bocc : La branche des fleuristes met à jour son accord sur la classification des CQP       bocc : Mise en place du dispositif d'alternance Pro-A dans la CCN des fleuristes       bocc : La branche de l'inspection d'assurance met à jour les salaires       bocc : Assurances : les nouveaux salaires des producteurs salariés de base       bocc : La branche des commerces de gros s'accorde sur le droit syndical       jo : La GFM est sur le point d'absorber une autre mutuelle       jo : MAIF s'apprête à absorber le portefeuille d'une de ses filiales       jo : MMA veut transférer des contrats IARD à une société d'assurance mutuelle       bocc : La cotisation au fonds collectif santé des intermittents augmente       bocc : La CCN Pact et Arim a son accord santé RAC0       jo : Avis d'extension d'avenants à un accord dans la CCN de l'esthétique-cosmétique       jo : Avis d'extension d'un accord dans les commerces de détail des fruits et légumes      

Nouveau modèle de société : le pacte de confiance proposé par la CFE-CGC

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 15/07/2020 11:17

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication provient du site du syndicat de salariés CFE-CGC.

Construire une société et un modèle économique plus résilients et intégrant les équilibres environnementaux doit être la priorité du nouveau gouvernement. Des solutions existent pour ne pas opposer la préservation de vies humaines à la ‘primauté de l’économie’, il doit faire preuve d’audace pour les mettre en œuvre ! 

A la veille de notre Fête nationale et alors qu’un nouveau gouvernement entre en fonction, l’heure est plus que jamais à réinventer un nouveau modèle économique et social plus inclusif et plus respectueux de l’être humain dans ses libertés fondamentales et dans ses capacités à faire société. 

La crise économique et sociale actuelle est liée à une cause exogène : la survenue d’une pandémie à l’échelle mondiale et la mise en place de mesures de protection de la population (confinement et restrictions de déplacement) face à une maladie grave nouvelle et très contagieuse entrainant une perturbation forte de l’activité économique qui sera durable dans de nombreux secteurs. Persister à vouloir en traiter les conséquences comme celles des crises précédentes est une voie sans issue, d’autant plus que la reproduction à l’avenir d’une telle crise est loin d’être exclue. 

La sortie de cette crise passera par retrouver individuellement et collectivement confiance en l’avenir. 

Dépasser les commentaires affligeants et les comportements routiniers 

Après la phase de relatif consensus autour des mesures d’urgence prises depuis le mois de mars, les commentaires les plus insensés ressurgissent, ne contribuant pas à élever le débat au niveau où les circonstances l’exigent. 

Entendu récemment dans la bouche d’un « chroniqueur » sur une chaine d’information en continu (ce sont souvent des piètres connaisseurs des dossiers dont ils parlent mais plutôt les porte-paroles zélés de l’idéologie qu’ils défendent) :« Allouer plus de 7 milliards d’euros pour revaloriser les salaires des soignants dans le cadre du ‘Ségur de la santé’ relève d’un choix politique générationnel en faveur des plus âgés et au détriment des jeunes car ce sont les plus de 65 ans qui ‘fréquentent’ le plus les hôpitaux » Simplement affligeant! Chercher à opposer les générations là où la cohésion est plus que jamais indispensable. Comme si l’hôpital et notre système de santé en général n’étaient pas un bien commun utile à toutes les générations et dont celles et ceux qui se dévouent pour le faire fonctionner ne méritaient pas une juste rémunération de leur engagement ! Sans parler de la « nationalisation des salaires » évoquée par quelques néo-libéraux pour stigmatiser le dispositif d’indemnisation de l’activité partielle et ses bénéficiaires en oubliant simplement que ça a été un amortisseur essentiel du début de la crise. 

Du côté du pouvoir politique, prétexter que les effets de la crise actuelle vont induire un déficit des régimes sociaux (retraite, sécurité sociale, assurance chômage) pour mettre en avant la ‘pseudo-nécessité’ d’en réduire les prestations est oublier un peu vite que le déséquilibre induit provient très majoritairement de la baisse conjoncturelle des cotisations induite par la diminution de la masse salariale liée aux mesures Covid19 et non d’un problème structurel. Et que dire des propos du ministre de l’économie qui déclarait encore récemment que « le plus dur est devant nous » comme si cela contribuait à résoudre les problèmes et à redonner confiance à nos concitoyens et suffisait à déterminer une action gouvernementale adaptée et efficace ! 

Du côté des décideurs économiques, ce sont très souvent les mêmes propos d’un classicisme devenu stérile : Nous anticipons une conjoncture défavorable et devons donc mettre en place des plans d’économie ». Plutôt que de capitaliser sur les compétences humaines de leurs entreprises pour les développer sur les marchés de demain ils s’obstinent à agir en conformité avec le modèle néo-libéral dépassé dont ils sont incapables de s’extraire : suppression de postes, coupes sombres dans les investissements pourtant indispensables à la relance et à la recherche dans les secteurs d’avenir dont la transition écologique. 

Les mesures d’urgence prises au printemps étaient indispensables pour passer au mieux le cœur de la crise sanitaire. Mais face à la peur d’un chômage de masse, à la grande difficulté des jeunes à s’insérer dans l’emploi, à un endettement accru des entreprises (même s’ils sont garantis par l’Etat, les 120 milliards d’Euros de prêts garantis par l’Etat ont vocation à être remboursés), à un déficit accru des régimes sociaux et à une dette de l’Etat prévue d’augmenter de 20% du PIB du fait du Covid (soit environ 450 Mds€), il y a un réel besoin de remettre en question les moyens de gérer la sortie de cette crise exceptionnelle pour retrouver collectivement, toutes générations confondues, confiance en l’avenir. 

Trouver des solutions innovantes pour faire société ensemble et établir un véritable pacte de confiance 

Les appels du ministre de l’économie à dépenser l’épargne accumulée ces 4 derniers mois du fait du confinement ne trouveront un écho favorable que si chacun voit s’éloigner la crainte de perdre son emploi, de devoir assurer durablement les revenus de ses enfants sans emploi, de voir ses revenus ou sa pension de retraite baisser ou ses impôts augmenter. 

C’est le pouvoir politique qui possède les leviers pour construire ce pacte de confiance et construire une société plus résiliente. Il a la légitimité institutionnelle pour le faire et ne doit pas déléguer cette prérogative à des décideurs économiques majoritairement encalminés dans un schéma de pensée qui vise d’abord à privilégier leurs intérêts personnels (et seulement ensuite celui des entreprises qu’ils dirigent) et très loin d’y intégrer l’intérêt général qui est pourtant le ciment d’une société résiliente. Il ne faut pas tout attendre de l’Etat mais c’est aujourd’hui clairement à lui qu’incombe la responsabilité d’impulser le retour de la confiance. 

Le moyen d’éviter de sombrer dans une crise longue et profonde existe. Il s’agit d’isoler toute la dette liée au Covid dans un emprunt auprès de la Banque Centrale Européenne, cette dette ayant vocation à ne jamais être remboursée. Cela libérerait du poids de la charge financière de futurs remboursements et serait le socle du pacte de confiance à destination des ménages et des entreprises. Cela permettrait aux acteurs publics et privés de pouvoir investir sereinement et utilement pour l’avenir, créant ainsi les emplois de demain en consolidant notre cohésion sociale. 

Tous les pays de la zone Euro, touchés par la crise Covid, auraient un intérêt commun à y recourir. Aucun prêteur ou acteur économique ne serait impacté puisque le passif de la BCE n’est exigible par personne. De nombreux économistes et dirigeants de grandes banques (comme Philippe Brassac, Directeur Général du Crédit agricole) promeuvent cette solution de sortie de crise par le haut qui éviterait bien des désordres économiques, sociaux et environnementaux inévitables sans une telle mesure

Bien sûr et comme il était prévisible les tenants de l’orthodoxie monétaire et financière y voient une entorse au dogme et préfèrent prétexter les termes du traité européen ad ’hoc (comme si les signataires du traité avaient été en mesure d’envisager une telle situation !) que de faire preuve de réalisme et d’esprit d’innovation en considérant la situation de crise exceptionnelle à laquelle nous devons faire face. 

La CFE-CGC appelle donc le gouvernement à faire preuve d’audace pour défendre et adopter une telle mesure qui répond pleinement à l’urgence de la situation. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top