Tripalio

Financement des retraites : la CGT tient sa position | Tripalio
jo : Avis d'extension d'avenants et d'un accord dans les domaines médico-techniques       jo : Coronavirus : le décret détaillé sur le fonds de solidarité aux entreprises       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord à la CCN des commerces de gros       bocc : Un accord sur le dialogue social dans la branche de la bijouterie, joaillerie, horlogerie       jo : Olivier Véran nomme sa nouvelle cheffe de cabinet       bocc : La branche de la couture parisienne publie son agenda social       bocc : L'accord santé RAC0 de la bijouterie réforme les garanties       bocc : La cotisation prévoyance "non cadre" de l'optique lunetterie est mise à jour       bocc : HDS : la restauration rapide modifie l'action sociale de son accord prévoyance       bocc : La cotisation "HDS" de la pharmacie d'officine est révisée       bocc : Santé collective : la CCN de l'assainissement passe au RAC0       bocc : La cotisation prévoyance des conseils d'architecture évolue       bocc : Les garanties santé adaptées au RAC0 paraissent pour la CCN des conseils d'architecture       bocc : Comptes de résultats "frais de santé" : les commissaires-priseurs judiciaires définissent la participation aux résultats       jo : Avis d'extension d'avenants chez les acteurs du développement et de l'ingénierie       jo : Coronavirus : ce que prévoient les 5 dernières ordonnances       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord à la CCN de la promotion immobilière       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord à la CCN des commerces et services de l'audiovisuel       jo : Avis d'extension d'un accord de méthode à la CCN de la bijouterie et de l'horlogerie de gros       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la bijouterie et de l'horlogerie de gros      

Financement des retraites : la CGT tient sa position

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 19/02/2020 11:44

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article vient du site du syndicat de salariés CGT.

La conférence sur le financement des retraites s’ouvre aujourd’hui. Peu de chance qu’elle débouche sur des changements profonds au vu du cadre fixé par le gouvernement. Pourtant, la CGT y participe, bien décidée à faire entendre une autre voix… en exposant ses propositions, qui offrent les moyens d’améliorer le système actuel. 

Rares sont les gens qui doutent encore que le seul objectif du projet gouvernemental vise à réduire la part des retraites dans la richesse créée. En bloquant arbitrairement le niveau des dépenses à 14 % du produit intérieur brut (PIB) il n’offre qu’une alternative pour assurer l’équilibre du système : la diminution des pensions et le recul de l’âge de départ à la retraite. 

La CGT refuse depuis le début la mise en place de ce système à points synonyme de recul social. Elle porte l’idée que le système actuel est la meilleure garantie pour la justice sociale de tous. Bien sûr, il a été abimé par des années de réformes, mais la CGT propose d’y apporter des améliorations : départ en retraite à 60 ans pour toutes et tous, retour au calcul sur les dix meilleures années dans le privé, de conservation du calcul sur les six derniers mois pour le public, prise en compte des années d’études, prise en compte des situations réelles de travail et reconnaissance de toutes les formes de pénibilitépar grands corps de métiers, et fixation du taux de remplacement minimum à 75 % (dans tous les cas,pas de pensioninférieure au Smic CGT(1 800 €). 

 

Sur le financement de ces améliorations la CGT a aussi des propositions 

Augmenter les recettes par une politique salariale et de l’emploi : 

  • la seule mise en place de l’égalité salariale femmes-hommes rapporterait 6,5 milliards d’euros de cotisations retraites et garantirait de meilleurs niveau de pension aux femmes ;
  • la création d’emplois contribuerait au financement du système. Par exemple, la hausse de l’emploi de 2,4 % rapporterait 9 milliards d’euros de cotisations sociales, dont 4,5 milliards pour les retraites (et 7 milliards d’économies pour l’assurance-chômage) ;
  • réduire le temps de travail, avec l’abaissement de l’âge de départ en retraite à 60 ans rapporterait 12 milliards d’euros d’économies sur l’assurance-chômage (l’indemnisation des plus de 60 ans) et faciliterait l’accès à l’emploi pour les jeunes ;
  • de la même manière, la hausse des salaires de 5 % dans le privé rapporterait 18 milliards d’euros de cotisations supplémentaires pour la Sécurité sociale, 9 milliards d’euros pour la seule branche retraites et, dans le public, une hausse du point d’indice de 5 %rapporterait 4 milliards d’euros.

Augmenter les cotisations sociales pour stabiliser le système à long-terme : 

  • en finir avec les exonérations de cotisations a minima pour le CAC 40 rapporterait 5,5 milliards d’euros ;
  • mettre en place une sur-cotisation sur les emplois précaires (CDD, intérim…) d’un point rapporterait un milliard d’euros ;
  • déplafonner les cotisations pour les salaires au dessus de 27 500 euros par mois rapporterait un milliard d’euros ;
  • augmenter l’assiette des revenus soumis à cotisations des salariés et des employeurs pour y intégrer l’intéressement, les participations, l’épargne salariale et l’épargne retraite équivaudrait à 10 milliards d’euros de cotisations supplémentaire que l’on pourrait principalement affecter aux retraites.

Mettre le capital à contribution : 

  • élargir l’assiette(avec un taux à 28 %) aux dividendesversés aux actionnaires. Pour les seules entreprises du CAC40, cela rapporterait 14 milliards d’euros ;
  • soumettre les plates-formes numériques à la cotisation pour les retraites rapporterait 500 millionsd’euros.

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top