Tripalio

Oui, l'employeur peut contrôler l'utilisation d'internet par ses salariés | Tripalio
bocc : Maintien de l'emploi : une activité réduite dans la métallurgie à cause du covid-19       bocc : Les nouveaux salaires dans la CCN de la métallurgie de Haute-Saône       bocc : Covid-19 : la branche de Pôle emploi encourage le recours aux CDD       jo : Avis d'extension d'accords (Occitanie) chez les ouvriers du bâtiment       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord dans les commerces de détail non alimentaires       jo : Avis d'extension d'avenants dans la CCN de l'optique-lunetterie de détail       jo : Avis d'extension d'un accord dans l'industrie de la fabrication des ciments       jo : Avis d'extension d'un accord à la CCN de la manutention ferroviaire       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des industries de jeux et jouets       jo : Avis d'extension d 'un avenant dans le commerce de détail de fruits et légumes       jo : Le nouveau directeur général du travail par intérim est...       jo : Une nouvelle représentante UNSA arrive dans une commission du Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière       bocc : Frais de santé : voici à quoi servent les réserves de la pharmacie d'officine       bocc : La CCN des foyers et services pour jeunes travailleurs change de nom       jo : Avis d'extension d'un accord dans la branche des cadres des équipements thermiques       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les commerces de détail non alimentaires       jo : Avis d'extension d'un avenant dans la branche des papiers et cartons       bocc : Covid-19 : comment fonctionnent les instances paritaires des industries céramiques ?       bocc : Covid-19 : l'industrie des tuiles et briques organise les réunions paritaires       bocc : Révision des salaires dans les laboratoires d'analyses médicales      

Oui, l'employeur peut contrôler l'utilisation d'internet par ses salariés

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 16/07/2020 11:44

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article provient du site du syndicat de salariés FO.

Traditionnellement, on considère que l’employeur peut définir des règles d’utilisation d’internet, dans le respect de l’article L 1121-1 du code du travail, au sein du règlement intérieur de l’entreprise, de notes de service ou en élaborant une charte informatique. Ces documents peuvent prévoir des modalités de contrôle qui, s’ils ne sont pas respectés par l’employeur, ne peuvent valablement pas justifier une sanction. 

La Cnil admet que l’employeur puisse mettre en place des dispositifs de filtrage de sites non autorisés (sites à caractère pornographique, pédophile, d’incitation à la haine raciale, révisionnistes, etc.). Il peut également fixer des limites dictées par l’exigence de sécurité de l’organisme, telles que l’interdiction de télécharger des logiciels, l’interdiction de se connecter à un forum ou d’utiliser le « tchat », l’interdiction d’accéder à une boîte aux lettres personnelle par internet compte tenu des risques de virus qu’un tel accès est susceptible de présenter... 

Même en l’absence du salarié, un employeur peut procéder à un contrôle des sites internet que ce dernier visite durant ses heures de travail : « les connexions établies par un salarié sur des sites internet pendant son temps de travail grâce à l’outil informatique mis à sa disposition par son employeur pour l’exécution de son travail sont présumées avoir un caractère professionnel de sorte que l’employeur peut les rechercher aux fins de les identifier, hors de sa présence » (Cass. soc., 9-7-08, n°06-45800). 

Toutefois, la mise en place d’un système de contrôle de l’outil informatique (notamment un contrôle à distance, poste par poste) n’est possible qu’après consultation du CSE et information des salariés. 

Les équipements informatiques disposant d’une connexion à internet mis à disposition des salariés sont des outils de travail qui doivent, en principe, être utilisés à des fins strictement professionnelles. Les usages à titre personnel sont autorisés, sauf exception (ex : impératif de sécurité), dès lors qu’ils ne sont pas excessifs. Un usage excessif d’internet à des fins personnelles peut justifier un licenciement pour faute grave. 

La consultation de sites internet illégaux, ou susceptibles de porter atteinte à la bonne image de l’entreprise peuvent également justifier un licenciement pour faute grave. Le salarié peut même se rendre coupable d’abus de confiance (Cass. crim., 19-5-04, n°03-83953 : consultation de sites internet pornographiques et d’échanges de messages de même nature avec une adresse mail professionnel). 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top