Tripalio

Obligation d'emploi des travailleurs handicapés : comment ça marche ? | Tripalio
jo : Régimes spéciaux : comment l'activité partielle est prise en compte       jo : Le conseiller "produits de santé" d'Olivier Véran sur le départ       bocc : La Banque Populaire adapte sa prévoyance et sa retraite supplémentaire à l'activité partielle       bocc : Le dernier avenant prévoyance des domaines médico-techniques sort enfin       bocc : Le dernier avenant santé RAC0 des domaines médico-techniques est officiellement publié       bocc : RAC0 : la nouvelle grille de garanties des huissiers de justice       jo : Avis d'extension d'un accord dans le secteur des industries de la maroquinerie       bocc : La branche des huissiers de justice s'accorde sur l'égalité professionnelle       bocc : L'audiovisuel et l'électronique révise la gestion prévisionnelle des emplois GPEC       bocc : Révision du recours au contrat CDD dans la CCN du bricolage       bocc : La branche professionnelle du bricolage met en place le dispositif d'alternance pro-A       bocc : La branche du bricolage s'accorde sur les heures supplémentaires       bocc : Un accord IPD (Centre-Val de Loire) chez les ouvriers du bâtiment       bocc : Mise en place de l'alternance pro-A dans la CCN des machines et matériels agricoles       bocc : Formation professionnelle dans la CCN des machines et matériels agricoles       bocc : La branche des machines et matériels agricoles révise les mesures covid-19       bocc : Les ouvriers du bâtiment fixent les salaires dans le Centre-Val de Loire       jo : Un assureur basé à Gibraltar veut transférer des contrats non-vie en France       jo : Arrêté d'extension d'un accord (Auvergne) chez les entreprises d'architecture       bocc : L'intérim adapte sa prévoyance au coronavirus      

Obligation d'emploi des travailleurs handicapés : comment ça marche ?

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 20/11/2020 11:54

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication est initialement parue sur le site du syndicat de salariés CFE-CGC.

L’obligation d’employer au moins 6 % de travailleurs handicapés a été instaurée par les lois du 10 juillet 1987 et du 11 février 2005. Ses modalités ont évolué au gré des réformes. La dernière - la loi du 5 septembre 2018 - est applicable depuis le 1er janvier 2020. 

À QUI S’ADRESSE L’OETH ?

C’est une obligation pour tous les employeurs, y compris publics, dès lors qu’ils comptent au moins 20 salariés ou agents. Il faut comptabiliser, le cas échéant, l’effectif global des différents établissements de l’entreprise. 

C’est une obligation pour tous les employeurs, y compris publics, dès lors qu’ils comptent au moins 20 salariés ou agents. Il faut comptabiliser, le cas échéant, l’effectif global des différents établissements de l’entreprise.

 

QUI PEUT ÊTRE COMPTABILISÉ PARMI LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS ?

Toute personne, qu’elle soit en CDI, en CDD, en contrat aidé, en intérim, en stage, ou en période de mise en situation en milieu professionnel, peut être comptabilisée dans les 6 % sous réserve qu’elle justifie d’une reconnaissance de son handicap (RQTH, pension d’invalidité, taux d’incapacité permanente partielle d’au moins 10 %). Les travailleurs handicapés d’au moins 50 ans sont valorisés dans le calcul. 

QUE SE PASSE-T-IL SI L’ENTREPRISE N’ATTEINT PAS LES 6 % ?

Chaque année, l’entreprise doit déclarer le nombre de travailleurs handicapés qu’elle emploie via la Déclaration sociale nominative. Si les 6 % ne sont pas atteints, l’employeur doit verser une contribution collectée par l’URSSAF dont le montant dépend du nombre de travailleurs handicapés manquants. Une réduction peut être prévue si l’entreprise compte des « emplois exigeants des conditions d’aptitude particulière » ou si elle sous-traite une partie de son activité à des entreprises adaptées, à des établissements ou services d’aide par le travail, à des travailleurs handicapés indépendants ou à des salariés portés en situation de handicap. 

UNE ENTREPRISE PEUT-ELLE S’EXONÉRER DE LA CONTRIBUTION ?

Lorsqu’une entreprise n’atteint pas les 6 %, elle peut s’exonérer de la contribution si elle a signé avec les partenaires sociaux un accord et que ce dernier est agréé par l’État. Pour cela, l’accord doit comporter des mesures favorables au recrutement ou au maintien des travailleurs handicapés, et prévoir un budget de mise en œuvre au moins égal au montant de la contribution qui aurait été due par l’entreprise en l’absence d’accord. Cet accord est d’une durée de 3 ans maximum, renouvelable une fois. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top