Tripalio

Fin de l'état d'urgence sanitaire : retour des jours de carence en cas d'arrêt de travail | Tripalio
jo : Avis d'extension d'un avenant et d'un accord dans l'édition phonographique       jo : Avis d'extension d'un avenant et d'un accord dans la CCN de la radiodiffusion       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord dans les transports routiers       jo : Un assureur britannique veut transférer certains contrats à Chypre       jo : Un assureur luxembourgeois va transférer son portefeuille "assurance vie" en France       bocc : Les nouveaux salaires dans la branche de la métallurgie du Bas-Rhin       bocc : Le commerce de détail de fruits et légumes révise le financement du paritarisme       bocc : La prime d'ancienneté révisée chez les non-cadres de la branche des papiers-cartons       bocc : La branche de la prévention et la sécurité révise la reprise du personnel face au covid-19       jo : Arrêté d'extension d'un avenant dans le négoce de l'ameublement       jo : Arrêté d'extension d'un avenant chez les prestataires de services du tertiaire       jo : Arrêté d'extension d'avenants dans la CCN des domaines médico-techniques       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord dans le commerce des articles de sport       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la boulangerie-pâtisserie artisanales       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN des entreprises d'architecture       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord dans la branche de l'aéraulique       bocc : La branche des télécommunications s'accorde sur la formatin professionnelle       bocc : Les industries et commerces de la récupération s'accordent sur le dialogue social       bocc : La branche de l'industrie laitière revient sur prévention de la pénibilité       jo : Extension d'un avenant à un accord dans l'expédition de fruits et légumes      

Fin de l'état d'urgence sanitaire : retour des jours de carence en cas d'arrêt de travail

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 20/07/2020 10:34

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article provient du site du syndicat de salariés CFDT.

Fin d’une période inédite qui aura duré près de seize semaines. Alors que le risque d’une deuxième vague d’épidémie de Covid-19 suscite toujours des inquiétudes, ce 11 juillet marquait la fin de l’état d’urgence sanitaire, et avec lui d’un certain nombre de mesures sociales exceptionnelles. 

Deux d’entre elles concernent plus particulièrement les salariés, à commencer par les arrêts maladie. Dans le cadre de la loi d’urgence sanitaire du 23 mars, le gouvernement a supprimé le délai de carence, c’est-à-dire le nombre de jours pendant lesquels un salarié ou un agent de la fonction publique ne perçoit aucune indemnité de la part de l’assurance-maladie. « Cette suspension avait été demandée par l’ensemble des organisations syndicales dès le début de la pandémie », rappelle la CFDT. 

Le retour des jours de carence en cas d’arrêt maladie 

Avec la fin de l’état d’urgence, la délivrance d’un arrêt maladie donnera de nouveau lieu à l’application d’un jour de carence pour les fonctionnaires et trois jours pour les salariés du privé. Il est cependant à noter qu’un décret du 27 mai est venu prolonger de trois mois (soit jusqu’au 10 octobre 2020) la durée de mise en œuvre des mesures visant les arrêts maladie dérogatoires liés au Covid-19 des salariés ayant contracté le virus ou faisant l’objet d’une mesure d’isolement ou de maintien à domicile. « Pour ces personnes, les indemnités journalières ne sont conditionnées ni à l’application d’un délai de carence ni à l’ancienneté du salarié », précise le service juridique confédéral. 

La défiscalisation des heures supplémentaire est quant à elle de nouveau plafonnée. En France, les heures supplémentaires sont défiscalisées et exonérées de cotisations sociales dans la limite de 5 000 euros. Bien que rarement atteint, ce plafond avait été relevé à 7 500 euros par le gouvernement pendant l’état d’urgence sanitaire. Le 11 juillet rend cette mesure caduque. La fin de l’état d’urgence ne signifie pas pour autant un retour à la normale. La loi du 23 mars prévoit en effet la possibilité pour le gouvernement de mettre en place, si la situation l’exige, des restrictions concernant l’accueil du public dans certains établissements ou des limitations de rassemblements ou déplacements. Et ce, jusqu’au 30 octobre. Sans oublier les mesures sanitaires et organisationnelles mises en place dans les milliers d’entreprises et de lieux ouverts au public – qui n’ont, elles, pas de date d’expiration pour l’instant… 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top