Tripalio

Faillite des compagnies aériennes : quels recours pour les usagers ? | Tripalio
jo : Du nouveau pour le statut du conjoint du chef d'entreprise       jo : L'autorisation d'absorption délivrée à la MAIF est finalement retirée       jo : La mutuelle La Choletaise est autorisée à absorber une autre mutuelle       bocc : Les nouveaux salaires RMH dans la CCN de la métallurgie de l'Oise       bocc : La métallurgie de l'Oise fixe les garanties de rémunérations       jo : Avis d'extension d'un avenant chez les services pour jeunes travailleurs       jo : Extension d'un avenant dans la CCN de la métallurgie de Thiers       jo : Extension d'un accord dans la métallurgie de Clermont-Ferrand       jo : Extension d'un accord à la CCN de la métallurgie de Meurthe-et-Moselle       jo : Extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie de la Drôme-Ardèche       jo : Extension d'un accord à la CCN des industries métallurgiques de l'Allier       jo : Extension d'un accord à la CCN des industries métallurgiques de l'Ain       jo : Arrêté d'extension d'un accord (Bourgogne) à la CCN des ETAM des travaux publics       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la boulangerie-pâtisserie artisanales       jo : Extension d'un avenant dans la production des eaux embouteillées       bocc : Les ETAM des travaux publics révisent leurs salaires       bocc : La branche des grands magasins met en place sa CPPNI       jo : Extension d'un avenant à la CCN des commerces de détail non alimentaire       jo : Extension d'un avenant et d'un accord dans la CCN des "Ports et Manutention"       jo : COMAREP : les 4 nouveaux membres      

Faillite des compagnies aériennes : quels recours pour les usagers ?

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 20/09/2019 11:03

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article est issu du site du syndicat de salariés FO.

Pour l’AFOC, il est nécessaire de mieux protéger les passagers titulaires de billets d’avion achetés hors voyagistes et dont les vols sont annulés pour cause de faillite du transporteur aérien. 

Lorsque le billet est inclus dans un forfait touristique, les passagers bénéficient fréquemment d’une protection étendue. La directive du 13 juin 1990 concernant les voyages, vacances et circuits à forfait a institué la souscription obligatoire par les voyagistes d’une garantie financière destinée à assurer en cas d’insolvabilité, y compris des prestataires de services auxquels ils ont recours dans le cadre d’un voyage à forfait, le rapatriement des clients ou le remboursement des fonds perçus. La directive 2015/2302 du 25 novembre 2015 a maintenu cette protection. 

La France applique de longue date ce système de garantie, selon les termes de la loi du 11 juillet 1975 modifiée par la loi de transposition de la directive de 1990 du 13 juillet 1992, puis par l’ordonnance du 20 décembre 2017 transposant la directive de 2015. 

En revanche, le passager qui achète un billet « vol sec » se trouve sans véritable protection dans la mesure où sa créance sur l’entreprise de transport, une fois déclarée au liquidateur, n’est pas prioritaire. Plusieurs mécanismes permettent néanmoins d’atténuer sa vulnérabilité. 

Attention au billet « sec »

Certaines cartes de crédit offrent à leurs clients une garantie couvrant l’annulation du vol pour cause de faillite. Le passager peut également faire opposition au paiement sur le fondement des dispositions du code monétaire et financier, mais cela suppose qu’il agisse très rapidement après l’acte d’achat. De plus, si le billet « vol sec » est acheté en France par l’intermédiaire d’un agent de voyages agréé auprès de l’association internationale du transport aérien (IATA), il est possible de demander le remboursement des paiements, bloqués au sein d’un mécanisme central de compensation, auprès de l’organisation professionnelle représentant les entreprises du voyage (EDV), sous réserve qu’une procédure de mise sous séquestre soit ouverte par cet organisme et que les fonds n’aient pas été transférés entre-temps au transporteur aérien. 

Malheureusement, dans le contexte très mondialisé et concurrentiel du transport aérien, les pouvoirs publics refusent de mettre en place à la seule échelle nationale un système tel que celui de fonds de garantie, qui serait de nature à pénaliser, selon eux, les seules compagnies aériennes desservant le territoire français, contraintes de s’y conformer. 

C’est donc au minimum au niveau européen que devraient s’établir les règles correspondantes. À cet égard, dans une communication au Parlement européen du 18 mars 2013, la Commission européenne concluait qu’il était préférable, avant de proposer des mesures législatives dans ce domaine, de renforcer le contrôle des licences des transporteurs aériens de l’Union européenne et de mener des actions concrètes en direction des acteurs du transport aérien et de l’assurance. 

Il apparaît ainsi, dans ce contexte, que les passagers, en cas de faillite d’une compagnie communautaire aérienne, ne seront donc pas mieux protégés dans le futur. Il revient donc aux consommateurs d’être attentifs quand ils voyagent en avion en ayant acheté un billet « sec », et ce, particulièrement auprès des compagnies aériennes dites low cost. La recherche du prix le plus bas peut ne pas être sans conséquences. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top