Tripalio

Télétravail : les 7 points d'accroche selon la CFE-CGC | Tripalio-DEBUG
jo : 4 nouveaux membres rejoignent la Comarep       bocc : Covid-19 : la pharmacie d'officine prolonge son accord "jours de carence"       bocc : La branche de la métallurgie d'Eure-et-Loir révise les salaires       jo : Arrêté d'extension d'un avenant dans les exploitations agricoles du Calvados       jo : Arrêté d'extension d'un accord dans les ETAR services agricoles et forestiers       jo : Avis d'extension d'un accord conclu dans la convention collective de la mutualité       jo : Avis d'extension d'un accord dans la convention collective de la mutualité       jo : Avis d'extension d'un accord dans la convention collective nationale de l'édition       jo : Arrêté d'extension d'avenants à la CCN de l'exploitation cinématographique       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN du personnel des cabinets d'avocats       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN des commissaires-priseurs judiciaires       bocc : L'activité réduite est instaurée dans les commerces de détail non alimentaires       bocc : Le commerce de détail de l'habillement se met à l'activité réduite ARME       bocc : La fabrication d'ameublement s'accorde sur les heures supplémentaires       bocc : L'activité partielle APLD chez les non-cadres des commerces de quincailleriele       bocc : L'activité réduite ARME est instaurée dans le tourisme social et familial       bocc : Les cadres des commerces de quincaillerie se mettent aussi à l'activité partielle APLD       bocc : L'activité partielle APLD est instaurée chez les succursales de l'habillement       bocc : La branche des commerces de gros révise son accord sur l'alternance pro-A       bocc : Ségur de la santé : la branche de la sécurité sociale applique la revalorisation des salaires      

Télétravail : les 7 points d'accroche selon la CFE-CGC

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 18/11/2020 12:07

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication provient du site du syndicat de salariés CFE-CGC.

Transmise aux organisations syndicales dans la nuit précédant la séance de négociation du 13 novembre au matin, ce qui est une pratique cavalière, la contribution de la partie patronale sur l’importante question de la santé au travail pose vraiment question à la CFE-CGC. Voici une liste de points qui nous paraissent inadmissibles : 

  • Le texte patronal est flou et susceptible d’interprétation ;
  • Le sujet de la santé au travail est appréhendé essentiellement du point de vue de la sécurité juridique de l’employeur, ce qui constitue une approche très éloignée de la prévention de la santé et de la sécurité des salariés ;
  • Le principe fondamental de présomption de responsabilité de l’employeur édicté par le code du travail est remis en cause, ce qui est absolument scandaleux ;
  • L’organisation générale du système de santé au travail qui se dégage du texte patronal est non aboutie, non lisible et non pertinente sur certains aspects ;
  • La notion de Risques psychosociaux (RPS) est prise dans une approche multifactorielle en régression par rapport à l’accord national interprofessionnel (ANI) de 2013 ;
  • La Qualité de vie au travail (QVT) est portée au rang de gadget ne visant pas l’organisation du travail comme seul vecteur acceptable d’une véritable Qualité des conditions de travail (QCT) ;
  • La gouvernance des services de santé au travail fait perdre aux organisations syndicales leur prérogatives…

Autant de lignes rouges que la CFE-CGC a dénoncé avec vigueur et qui laissent augurer du caractère sportif des deux dernières séances pour trouver consensus, les 27 novembre et 2 décembre 2020. 

Mais tout cela n’est pas étonnant si l’on considère la façon dont ce chantier est conduit depuis le début. A croire que la volonté d’aboutir n’est pas véritablement partagée… Mais restons crédules, c’est bientôt Noël ! 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top