Tripalio

Deliveroo : la grogne monte d'un cran | Tripalio
jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord national dans le secteur du paysage       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des entreprises du paysage       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie du Var       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie de Saône-et-Loire       jo : Avis d'extension d'un accord à la CCN de la métallurgie du Haut-Rhin       bocc : Dans la branche fusionnée de l'évènementiel, le nouvel accord sur l'épargne salarial est signé       bocc : Fusion en vue entre les cabinets vétérinaires et les vétérinaires praticiens salariés       jo : Avis d'extension d'avenants à un accord dans la métallurgie des Côtes-d'Armor       bocc : L'accord de fusion entre les industries de la chaux et les industries de carrières et matériaux de construction       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie des Ardennes       jo : Avis d'extension d'un avenant à la convention collective de l'animation       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la charcuterie de détail       bocc : Fusion programmée entre les géomètres et les économistes de la construction       bocc : Révision du champ d'application de la CCN des greffiers des tribunaux de commerce       bocc : La branche du transport routier s'accorde sur le dialogue social et la CPPNI       bocc : Fusion entre la boucherie et poissonnerie : un accord diminué paraît au BOCC       bocc : Fusion de branches dans les sociétés d'assurances : l'accord de méthode est publié       jo : Du nouveau pour le statut du conjoint du chef d'entreprise       jo : L'autorisation d'absorption délivrée à la MAIF est finalement retirée       jo : La mutuelle La Choletaise est autorisée à absorber une autre mutuelle      

Deliveroo : la grogne monte d'un cran

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 05/09/2019 11:06

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication est issue du site du syndicat de salariés CGT.

Mobilisés ce dimanche 1er septembre dans de nombreuses villes de France, les coursiers à vélo de la plateforme Deliveroo luttent depuis fin juillet contre la baisse de leurs rémunérations, décidée unilatéralement par la plateforme. 

Lundi 29 juillet, la plateforme britannique Deliveroo a informé les coursiers à vélo que, dès le lendemain, une nouvelle tarification s’appliquerait. Réduisant les petites courses, « la plateforme a décidé de ce nouveau mode de calcul sans aucune consultation et ramène le prix de certaines courses à moins de trois euros » dénonce Arthur Hay, secrétaire général du syndicat CGT des coursiers Deliveroo de Gironde. 

Un mouvement qui s’accentue et se structure

Avec de nombreux jours de grèves dans de nombreuses villes de France, comme le 30 juillet, le 3 août, le 7 août et le 1er septembre, les livreurs entendent dénoncer leur précarisation et accentuer le mouvement à la rentrée, afin de faire plier la plateforme et inciter le gouvernement à les protéger. Alors que les courses se rémunéraient en moyenne à 4,50 €, elles sont désormais à 2,70 €, pour des livreurs devant prendre en charge seuls l’intégralité des frais de travail et de leurs cotisations sociales. 

Comme le souligne Arthur Hay dans un article de la NVO, les coursiers revendiquent le retour à l’ancienne tarification, mais aussi l’instauration d'organes officiels de négociations, de groupes de représentants reconnus par les plateformes, afin de pouvoir négocier leurs conditions de travail. Alors que les coursiers sont soumis à une totale dépendance à l’algorithme mis en place par la plateforme, leur mouvement s’étend et se structure contre cette « révolution de l’exploitation »

En juillet déjà, dans le cadre de la loi LOM (loi orientation des mobilités), l’Assemblée nationale avait adopté un article spécifique visant à imposer un cadre social pour les plateformes et leurs travailleurs (type Deliveroo), afin de sécuriser ces dernières contre le risque de reclassement de leurs travailleurs en salariés. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top