Tripalio

Orange : la CFE-CGC veut réduire les fractures sociales | Tripalio
jo : Avis d'extension d'un accord (Loire) dans les CCN des ouvriers du bâtiment       jo : Avis d'extension d'avenants nationaux dans le bâtiment et travaux publics       jo : Avis d'extension d'avenants à la CCN du négoce de l'ameublement       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de l'enseignement privé indépendant       jo : Avis d'extension d'un protocole d'accord à la CCN des prothésistes dentaires       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la pharmacie d'officine       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la répartition pharmaceutique       jo : Avis d'extension, d'un accord à la CCN des bureaux d'études techniques       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la boucherie charcuterie       jo : Avis d'extension d'un accord à la CCN des industries chimiques et connexes       bocc : Révision des horaires individualisés pour les praticiens conseils de la Sécu       bocc : Les praticiens conseils de la sécurité sociale s'entendent sur le droit syndical       bocc : Le droit d'expression révisé chez les praticiens conseils de la sécurité sociale       bocc : Sécurité sociale : un accord sur les conditions de travail des praticiens conseils       jo : Cotisations sociales : un modèle de protocole transactionnel de recouvrement est publié       jo : 3 nouveaux conseillers rejoignent Olivier Véran       bocc : La nouvelle grille RAC0 de l'accord santé des fleuristes       bocc : Les garanties RAC0 de la CCN de la radiodiffusion sont publiées       bocc : Covid-19 : l'accord prévoyance de la fabrication de l'ameublement paraît officiellement       bocc : La validation des accords révisée chez les praticiens conseils de la sécurité sociale      

Orange : la CFE-CGC veut réduire les fractures sociales

Revue de presse | Par GUITTET Léo | 23/09/2019 11:21

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette interview a été initialement publiée sur le site du syndicat de salariés CFE-CGC.

A l’approche des élections professionnelles chez Orange, Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange, évoque les défis que doit relever le géant des télécommunications. 

Comment se présentent les élections professionnelles prévues en novembre chez Orange ?

La CFE-CGC est, avec 37 % des voix, la première organisation des cadres au sein de la maison-mère du Groupe et la deuxième tous collèges confondus (fonctionnaires et salariés) avec 23 %. Dans les filiales du Groupe, elle bénéficie aussi d’une excellente représentation : 45 % en moyenne chez Orange Business Services (services aux entreprises) et 49 % dans le CSE d’Orange Bank. Nous espérons améliorer notre représentativité lors de ces élections, en nous appuyant sur près de 3 500 militants portant nos couleurs au service de leurs collègues.

Quels sont les grands enjeux de dialogue social dans l’entreprise (90 000 salariés en France) ?

Les modifications législatives tendent à réduire les prérogatives des instances de représentation du personnel. Chez Orange, le renvoi vers la négociation d’entreprise n’est malheureusement pas saisi comme une opportunité. Le dialogue social est trop souvent réduit à une simple communication descendante. Les défis sont pourtant d’importance : - enrayer la baisse dramatique des effectifs (3 000 à 4 000 postes par an), remettre en cause les délocalisations et la sous-traitance à des travailleurs détachés non européens, et relocaliser l’emploi en région (l’Ile-de-France concentre 40 % des effectifs) ; - améliorer la gestion des carrières en France et à l’international et renforcer l’attractivité de l’entreprise pour attirer les jeunes talents ; - valoriser les compétences internes et transformer l’organisation du travail : mieux répartir la charge, redonner du sens et de l’initiative aux équipes, permettre à chacun de choisir librement entre temps de travail et rémunération ; - redéfinir la politique immobilière pour améliorer les conditions de travail, au lieu de céder aux modes faciles comme le « flex desk » car ça coûte moins cher.

La CFE-CGC est aussi la première organisation de l’épargne et de l’actionnariat salarié, s’engageant pour une stratégie d’entreprise qui favorise le long terme et non le court-terminisme financier. La position de second actionnaire des salariés (5 % du capital et 9 % des droits de vote) a conduit la CFE-CGC à peser dans la gouvernance de l’entreprise : les prérogatives des actionnaires sont parfois supérieures à celles des représentants du personnel. C’est un champ à investir impérativement.

Que défend la CFE-CGC Orange ?

Orange, comme la société française, connaît un accroissement des inégalités salariales. La CFE-CGC lutte pour réduire les fractures sociales au sein de l’entreprise, entre une élite déconnectée du réel et ceux qui assurent la production. Il est aussi de notre responsabilité de défendre Orange « hors les murs » pour rappeler au législateur, à l’Etat actionnaire et aux réglementeurs, très actifs dans le domaine des télécommunications, qu’Orange est un acteur clef au service de la nation. Aménagement du territoire, infrastructures, investissements dans la fibre, emploi, implantation des boutiques, souveraineté numérique et cybersécurité sont autant de missions qui vont très au-delà de la simple vente d’abonnements au plus bas prix.

 

 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top