Tripalio

Inégalités salariales : la CFTC critique l'outil de mesure dévoilé par le gouvernement | Tripalio
jo : Un assureur néerlandais veut transférer ses contrats d'assurance vie       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN des transports publics urbains de voyageurs       bocc : Repos dominical dans la Haute-Garonne dans le négoce de l'ameublement       bocc : Le négoce de l'ameublement organise le repos dominical dans l'Ille-et-Vilaine       bocc : Les agences de voyage mettent en place un dispositif pro-A       bocc : La branche des mareyeurs-expéditeurs crée un nouveau CQP       bocc : La branche des services de l'automobile s'accorde sur le dispositif Pro-A       bocc : L'industrie laitière de Roquefort révise les congés d'hospitalisation       bocc : Mise en place d'un PEI / PERCOI dans la convention collective du thermalisme       bocc : La branche du thermalisme s'accorde sur l'épargne salariale       bocc : Transport en navigation intérieure : quels CQP sont éligibles au dispositif Pro-A ?       bocc : Un accord sur la promotion du Fonds de solidarité dans la CCN de la mutualité       bocc : Le négoce de l'ameublement organise le travail du dimanche dans la Vendée       jo : Avis d'extension d'un accord collectif dans la CCN agricole de Saône-et-Loire       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des ETAR de la région Bretagne       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN ETAR CUMA du Tarn et de la Haute-Garonne       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les exploitations agricoles du département du Tarn       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord national dans les exploitations agricoles       jo : Avis d'extension d'un accord collectif dans la CCN agricole de Franche-Comté       jo : Commission nationale de la négociation collective, de l'emploi et de la formation professionnelle : les 24 nouveaux membres      

Inégalités salariales : la CFTC critique l'outil de mesure dévoilé par le gouvernement

Revue de presse - Interprofessionnel | Par GUITTET Léo | 26/11/2018 11:45

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article provient du site du syndicat de salariés CFTC.

Le gouvernement a décidé de mettre les moyens pour aboutir enfin à l’égalité salariale d’ici 2022. Concrètement, 5 critères – donnant un total de 100 points – ont été retenus pour apprécier le « niveau » d’égalité dans l’entreprise : la rémunération, le pourcentage de femmes augmentées après un congé maternité, les augmentations, les promotions et le nombre de femmes parmi les plus hauts salaires de l’entreprise. Une entreprise obtenant un score inférieur à 75 points serait pénalisée. 

Chaque critère aura une pondération spécifique (40 points pour l’égalité de rémunération, 20 pour les augmentations, 15 pour les congés maternité et les promotions et 10 points pour les hauts salaires si sur 10 des plus gros salaires, 3 concernent des femmes). Une entreprise présentant un écart salarial inférieur à 5% obtiendra les 40 points de la rémunération, alors qu’un écart supérieur fera baisser la note. 

La CFTC approuve l’ensemble de ces mesures fortes. Depuis un an, la CFTC a été force de propositions et les mesures pour l’égalité ont évolué positivement. Par exemple, à la demande de la CFTC la pénalité de 1% restera versée au fonds de solidarité vieillesse, les inégalités ayant de fortes répercussions sur la retraite des femmes

La CFTC espère surtout que ces mesures pour rétablir la justice sociale, aboutiront à une prise de conscience des chefs d’entreprise, mais plus globalement de l’ensemble de la société. 

Quelques doutes subsistent 

Toutefois, la CFTC estime que le seuil de tolérance relatif à l’écart de salaire aurait dû être fixé à 3% et non à 5% (comme retenu par les ministres), malgré les aspirations de Mme Schiappa qui estimait il y a peu que « seul le 0% est acceptable ». 

Soucieuse de l’application de ces mesures, la CFTC salue l’annonce de la nette augmentation du nombre de contrôles tout en se demandant s’ils seront suffisants. En effet le gouvernement entend quadrupler les contrôles de l’inspection du travail sur l’égalité salariale. 

Il faut espérer que l’ensemble de ces contrôles, et plus globalement l’ensemble de ces mesures, permettent enfin une réelle égalité salariale. Il y a en effet urgence. 

Pour rappel, en France les femmes sont payées en moyenne 25% de moins que les hommes. A poste et âge égal, l’écart est de 9% alors que le principe « à travail égal, salaire égal » est inscrit dans la loi depuis plus de quarante ans. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top