Tripalio

La CFDT s'inquiète du manque d'attractivité du secteur agro-alimentaire | Tripalio
jo : Une nouvelle représentante CFE-CGC arrive à la CAMIEG       jo : Avis d'extension d'avenants dans la boulangerie-pâtisserie artisanales       jo : Avis d'extension d'un accord dans la branche de la restauration de collectivités       jo : Avis relatif à l'extension d'un avenant à la convention collective nationale du sport       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les machines et matériels agricoles SDLM       jo : Avis d'extension d'un avenant dans le transport en navigation intérieure       jo : Avis d'extension d'un accord dans la convention collective de la plasturgie       jo : Avis d'extension d'un accord dans le secteur des industries et importation des bois       jo : Avis d'extension d'accords dans la CCN des organismes de tourisme social et familial       bocc : Les nouveaux salaires dans la branche de la distribution de papiers-cartons       bocc : Les géomètres et économistes de la construction révisent les salaires FIIAC       bocc : La branche des activités de déchets révise le transfert de contrats       bocc : Les nouveaux salaires dans les métiers de la transformation de grains       bocc : La branche des jardineries graineteries s'accorde sur le temps de travail       bocc : Un accord IPD (Drôme-Ardèche) dans les CCN des ouvriers du bâtiment       bocc : L'industrie et commerce de gros des viandes s'accorde sur la formation professionnelle       bocc : Revalorisation des salaires dans les industries et commerces de gros de viande       bocc : Révision de la prime de coupure et du congé spécial dans la restauration rapide       bocc : La branche de la restauration rapide met à jour les salaires       bocc : Les nouveaux salaires dans le transport public urbain de voyageurs      

La CFDT s'inquiète du manque d'attractivité du secteur agro-alimentaire

Revue de presse - branches | Par Adrien Pittore | 20/02/2018 11:59

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication provient du site du syndicat de salariés CFDT

 

À quelques jours du Salon de l’agriculture, du 24 février au 4 mars, porte de Versailles à Paris, les représentants des salariés du secteur attendent toujours d’être entendus. 

« Depuis sa prise de fonction, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ne nous a toujours pas reçus », s’indigne Fabien Guimbretière, le secrétaire général de la FGA-CFDT (Fédération générale de l’Agroalimentaire), première organisation syndicale des salariés de l’agroalimentaire. Or les sujets de discussion ne manquent pas. « Les États généraux de l’alimentation ont mis en exergue la question de l’attractivité des métiers », souligne-t-il. Pourtant, il n’est pas rare de voir des propositions patronales de grilles de salaires intégrant des niveaux inférieurs au Smic. Dans le secteur de la volaille, par exemple, « la proposition des patrons va davantage tasser la grille. Quand on connaît les conditions de travail dans les abattoirs de volailles, c’est inacceptable ! » Idem pour les plans de filières appelés de ses vœux par Emmanuel Macron pour un meilleur partage de la valeur ajoutée et une prise en compte des préoccupations environnementales, sanitaires et sociales des consommateurs. « On y traite souvent de la montée en gamme de la production mais pas trop de la transition agroécologique et encore moins de la performance sociale des entreprises, regrette la secrétaire nationale Betty Hervé. Des accords ont pourtant été signés en 2015 dans le cadre du pacte de responsabilité où il était prévu d’engager des travaux sur la qualité de vie au travail. » 

Quelque 20 000 salariés sans convention collective 

Même ambition pour le vaste chantier de restructuration des branches. Les ordonnances sur le code du travail ont accéléré la fusion de celles comptant moins de 5 000 salariés. Selon la FGA, elle doit être guidée par quelques grands principes : l’amélioration globale des droits acquis par les salariés et une approche métier. « Des milliers de salariés [environ 20 000] des services à l’agriculture ne sont aujourd’hui couverts par aucune convention collective. Ils doivent pouvoir en bénéficier. » 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top