Tripalio

La CGT estime que la liberté de la presse n'est pas une priorité pour le gouvernement | Tripalio
jo : Une nouvelle représentante CFE-CGC arrive à la CAMIEG       jo : Avis d'extension d'avenants dans la boulangerie-pâtisserie artisanales       jo : Avis d'extension d'un accord dans la branche de la restauration de collectivités       jo : Avis relatif à l'extension d'un avenant à la convention collective nationale du sport       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les machines et matériels agricoles SDLM       jo : Avis d'extension d'un avenant dans le transport en navigation intérieure       jo : Avis d'extension d'un accord dans la convention collective de la plasturgie       jo : Avis d'extension d'un accord dans le secteur des industries et importation des bois       jo : Avis d'extension d'accords dans la CCN des organismes de tourisme social et familial       bocc : Les nouveaux salaires dans la branche de la distribution de papiers-cartons       bocc : Les géomètres et économistes de la construction révisent les salaires FIIAC       bocc : La branche des activités de déchets révise le transfert de contrats       bocc : Les nouveaux salaires dans les métiers de la transformation de grains       bocc : La branche des jardineries graineteries s'accorde sur le temps de travail       bocc : Un accord IPD (Drôme-Ardèche) dans les CCN des ouvriers du bâtiment       bocc : L'industrie et commerce de gros des viandes s'accorde sur la formation professionnelle       bocc : Revalorisation des salaires dans les industries et commerces de gros de viande       bocc : Révision de la prime de coupure et du congé spécial dans la restauration rapide       bocc : La branche de la restauration rapide met à jour les salaires       bocc : Les nouveaux salaires dans le transport public urbain de voyageurs      

La CGT estime que la liberté de la presse n'est pas une priorité pour le gouvernement

Revue de presse - branches | Par Adrien Pittore | 31/05/2018 10:31

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article a été rédigé pour le site du syndicat de salariés CGT

 

Alors que le gouvernement français s’attèle à transposer dans la loi française une directive européenne sur le secret des affaires, ce dernier n’a pas retranscrit l’intégralité des garde-fous. 

Vendredi 18 mai, les cabinets de l’Élysée et de Matignon ont (enfin) daigné recevoir la coalition, constituée de la CGT, de journalistes et d’organisations à l’instar de Transparency International, afin qu’ils présentent leurs inquiétudes et leurs amendements à la proposition de loi sur le secret des affaires. 

En l’état, cette proposition de loi est vidée de ses garde-fous, avec une définition aussi large que floue, donnant les pleins pouvoirs aux employeurs pour décider des informations qu’elles souhaitent soustraire au contrôle du public et de personnes qu’elles souhaitent poursuivre pour détention ou divulgation de secret d’affaires. Par exemple, un employeur pourrait poursuivre un représentant du personnel qui aurait diffusé aux salariés les informations sur la composition dangereuse de matériaux.
Ainsi, si cette loi était déjà en vigueur, des milliers de personnes mourraient encore du Médiator® tandis que l’affaire des Panama Papers nous apparaitrait comme un bon titre de film. 

Preuve de la dangerosité de cette proposition de loi, une coalition large et inédite, rassemblant l’ensemble des organisations syndicales, les principales ONG de défense de l’environnement et des libertés, ainsi que la quasi-totalité des médias français s’y sont opposés et la pétition lancée par cette dernière a recueilli 550 000 signatures en six semaines. 

Seul argument opposé aux nôtres : la procédure parlementaire, qui limite les possibilités d’amendements du gouvernement. Quel dommage que la coalition soit reçue si tard... 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top