Tripalio

Santé au travail : FO souhaite une "véritable négociation" | Tripalio
bocc : Un accord sur le paritarisme dans la convention collective de la plasturgie       bocc : La branche de la plasturgie s'accorde sur l'indemnité de licenciement       bocc : L'avenant indemnité de licenciement de la plasturgie a été dénoncé       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la conchyliculture       jo : Groupama s'apprête à reprendre plusieurs contrats d'assurance       jo : La Mutuelle Familiale va récupérer un portefeuille de contrats       jo : L'ACPR retire son agrément à une mutuelle       jo : Jean-Luc IZARD devient directeur adjoint du cabinet d'Agnès Buzyn       bocc : La branche de l'imprimerie de labeur désigne l'OPCO entreprises de proximité       bocc : La CCN de l'industrie pharmaceutique a été mise à jour       bocc : L'industrie pharmaceutique s'accorde sur les contrats de chantier/opération       bocc : Les salaires (Midi-Pyrénées) dans les industries de carrières et matériaux       bocc : Les salaires (Languedoc-Roussillon) dans les industries de carrière et matériaux       bocc : Les entreprises de publicité font le point sur la formation professionnelle       bocc : La branche de la radiodiffusion corrige son accord salarial       bocc : Révision des salaires dans la CCN des espaces de loisirs       bocc : Les nouveaux salaires des artistes interprètes de télévision       bocc : Un accord salarial dans la CCN de la métallurgie de la loire et d'Yssingeaux       bocc : Le commerce de détail de fruits et légumes révise la formation professionnelle       bocc : Revalorisation des salaires dans l'exportation de fruits et légumes      

Santé au travail : FO souhaite une "véritable négociation"

Revue de presse - Etat | Par Adrien Pittore | 10/04/2019 11:01

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article a été publié sur le site du syndicat de salariés FO

 

FO souhaite une véritable négociation et pas un simulacre de concertation

C ela fait des mois que le dossier était en suspens et que FO demandait son ouverture : le gouvernement vient enfin de lancer une pré-concertation sur la santé au travail, au sein du Conseil d’orientation des conditions de travail (COCT). Dans une lettre d’orientation transmise aux interlocuteurs sociaux le 13 mars, il leur donne trois mois pour déterminer les points qui relèveront d’une négociation interprofessionnelle d’une part, et d’une concertation d’autre part. Ils s’appuieront pour ce faire sur pas moins de quatre rapports publiés cette année et en 2018 — portant respectivement sur les risques chimiques, les pathologies professionnelles dans l’industrie, les arrêts de travail et sur l’organisation du système de prévention. Ce dernier rapport, dit rapport Lecoq, est très critiqué par FO car il propose la fusion des différents acteurs de la santé au travail dans une instance nationale unique, ainsi qu’une régionalisation de la prévention. Une telle évolution éloignerait les acteurs du terrain, explique Serge Legagnoa, secrétaire confédéral FO. Seule la gestion paritaire du système de santé au travail peut garantir une véritable protection de la santé des travailleurs. 

Pour le renforcement de la médecine du travail

Pour FO, la question des moyens financiers et humains au service de la santé au travail est primordiale. La confédération revendique l’affectation des excédents de la branche Accidents du travail - maladies professionnelles (AT-MP) à une véritable politique de santé au travail. Cela passe notamment par le renforcement de la médecine du travail. 

Alors que le gouvernement évoque dans sa lettre de cadrage une négociation éventuelle et une concertation, FO appelle de ses vœux une véritable négociation et pas un simulacre de concertation. La confédération estime qu’un maximum de champs doivent y être abordés. Parmi les priorités listées par l’organisation syndicale : l’amélioration de la traçabilité des risques, les risques psychosociaux (prévention et prise en charge), la prévention de la désinsertion professionnelle, notamment pour les plus âgés, écartés du marché du travail, sans oublier le suivi médical des salariés. Sur ce dernier chapitre, il s’agit de raccourcir le délai entre deux visites médicales, qui peut aujourd’hui atteindre cinq ans. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top