Tripalio

"En Marche arrière" : la CGT déçue des propositions de la position du gouvernement sur le temps de travail | Tripalio
jo : La CNIL augmente encore le nombre de ses agents de contrôle       bocc : Révision des salaires dans la CCN des exploitations frigorifiques       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la promotion immobilière       bocc : L'accord santé "RAC0" des SDLM est publié       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN des gardiens d'immeubles       jo : Avis d'extension d'accords à la CCN de la métallurgie d'Ille-et-Vilaine et Morbihan       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie       jo : Avis d'extension d'accords paritaires dans la CCN des services de l'automobile       bocc : Les branches de la presse font le point sur la formation professionnelle       bocc : Un accord salarial dans les industries métallurgiques du Doubs       bocc : La métallurgie de la Haute-Saône revalorise les salaires       bocc : Revalorisation salariale dans la métallurgie de Belfort-Montbéliard       bocc : La représentativité salariale révisée dans la CCN du sport       jo : Apprentissage : comment seront pris en charge les contrats en 2020 ?       bocc : La branche de l'inspection d'assurances révise les salaires RMA       bocc : La CCN du commerce de détail de l'horlogerie-bijouterie est modifiée       bocc : La métallurgie de la Haute-Marne et de la Meuse revalorise les salaires REGA       bocc : L'industrie des produits du sol révise le contrat de travail intermittent       jo : Avis d'extension d'accords régionaux dans les entreprises d'architecture       jo : Avis d'extension d'un accord chez les entreprises artistiques et culturelles      

"En Marche arrière" : la CGT déçue des propositions de la position du gouvernement sur le temps de travail

Revue de presse - Etat | Par Adrien Pittore | 29/04/2019 10:36

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cet article a été initialement publié sur le site du syndicat de salariés CGT

 

Alors que l’on fête les 100 ans de la journée de 8 heures, Emmanuel Macron a menti dans son allocution du 25 avril 2019, arguant que nous devions travailler davantage car nous étions ceux dont la durée du temps de travail était la plus faible en Europe, et pourtant...

La journée de 8 heures fête ses 100 ans

Le 23 avril 1919, il y 100 ans, une loi instaurait la journée de 8 heures de travail. Il faudra attendre 1921 pour que cette dernière s'applique dans une grande partie des entreprises. Aujourd’hui encore, la CGT se bat pour imposer son respect. 

Bien avant cette date, la réduction du temps de travail était l'une des revendications principales des travailleurs. Il faudra attendre 1848 pour qu'un décret fixe les limites du temps de travail quotidien à 12 heures, qui fut immédiatement contesté par le patronat de l'époque, qui condamnait l'intervention de d'Etat. 

La revendication de réduction du temps de travail, suscitent des mobilisations partout dans les pays développés. Le 1er mai 1886, à Chicago, une grève autour d'un seul slogan « We want eight hours !*"contraint les 12 000 entreprises de la ville à baisser le rideau. Ce mouvement sera violemment réprimé- la police ayant fait feu sur la foule - et marquera le mouvement ouvrier. Trois ans plus tard, la IIe Internationale réunie à Paris décidera de faire du 1er  mai « une journée de lutte dans le monde ». 

Malgré la répression qui aura souvent eu cours à l’occasion de cette journée, l'exigence de réduction du temps de travail se structurera dans le mouvement ouvrier : les luttes pour l'obtenir se multiplieront et, en 1909, lors de son congrès fondateur, la CGT en fera sa revendication principale. 

Selon Macron, nous sommes ceux qui travaillons le moins en Europe, et pourtant…

Le 25 avril 2019, dans sa réponse au grand débat, Emmanuel Macron a soutenu que nous étions ceux qui travaillons le moins eu Europe. Un mensonge si grossier qu’il suffit d’aller sur le site du gouvernement pour observer que cette allégation est fausse. Alors qu’en 2018, la durée moyenne hebdomadaire de travail s’établissait à 36,3 heures en France, cette dernière n’était que de 34,8 heures en Allemagne et 29,3 heures aux Pays-Bas … 

 

La CGT milite pour la semaine de 32 heures

Pour la CGT, concilier vie professionnelle, vie privée et vie sociale est impératif. Cela doit se faire sans baisse de rémunération, ni au détriment de la protection sociale. La loi du 13 juin 1998, dite loi « Aubry I », a fixé la durée légale du travail à 35 heures hebdomadaires au 1er janvier 2000 pour les entreprises de plus de 20 salariés et au 1er janvier 2002 pour les autres. Dans les branches et les entreprises, le patronat n’a eu de cesse de tenter de remettre en cause cette durée du temps de travail. Dans son allocution du 25 avril 2019, Emmanuel Macron soutient l’idée d’une augmentation du temps de travail hebdomadaire pour les salariés. 

Pourtant, pour la CGT, le passage aux 32 heures serait une réponse pertinente afin de contrer la hausse du chômage, améliorer les conditions à la fois les conditions de travail et de vie des travailleurs. Depuis des années la CGT milite pour le passage aux 32 heures, comme le démontre notre dossier. 

*"Nous voulons les huit heures ! » 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top