Tripalio

Salaires dans la CC de la métallurgie de l'Aube | Tripalio
jo : Extension d'un avenant et d'un accord à la CCN des organismes de tourisme       jo : Extension d'un avenant dans les remontées mécaniques et domaines skiables       jo : Extension d'un avenant à la CCN du commerce à prédominance alimentaire       jo : Extension d'un accord dans le commerce de détail de l'horlogerie-bijouterie       jo : Extension d'un avenant à un accord dans la CCN des détaillants en chaussures       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la restauration rapide       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la convention collective nationale du sport       jo : Système d'alertes professionnelles : le référentiel que les entreprises doivent respecter       jo : Avis relatif à l'extension d'un avenant à la convention collective de Pôle emploi       jo : Intériale absorbe le portefeuille de contrats d'une autre mutuelle       jo : Une mutuelle supplémentaire disparaît du paysage assurantiel       jo : L'accord RAC0 des CCN 66 et CHRS est agréé       jo : Un nouvel assureur est officiellement agréé par l'ACPR       jo : Avis d'extension d'un accord à la CCN des entreprises de vente à distance       jo : Avis d'extension d'accords dans la CCN des commerces de détail non alimentaires       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord dans l'optique-lunetterie de détail       bocc : Un accord sur les travailleurs handicapés dans le secteur du travail temporaire       bocc : La branche du travail temporaire organise le mandat au sein de l'OPCO       bocc : La branche des industries du bois met en place des CQP       bocc : La branche de la librairie met le point sur l'égalité professionnelle      

Salaires dans la CC de la métallurgie de l'Aube

Bulletin Officiel des Conventions Collectives | Par GUITTET Léo | 02/09/2016 10:14

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Dans la convention collective de la métallurgie de l'Aube (IDCC 2294), un accord sur les salaires a été conclu. 

Il s'agit de l'accord du 10 juin 2016 relatif aux salaires qui a été signé par l'UIMM de l'Aube et par les syndicats de salariés CGT Métaux, FO Métaux, CFDT Métallurgie, CFE-CGC Métallurgie, CFTC Métallurgie. 

L'accord fixe les salaires minimaux effectifs garantis à compter du 1er janvier 2016. Il fixe aussi le barème des rémunérations minimales hiérarchiques en revalorisant la valeur du point à 4,59 euros à compter du 1er septembre 2016. 

 

 

ACCORD DU 10 JUIN 2016 RELATIF AUX BARÈMES DES SALAIRES MINIMAUX EFFECTIFS GARANTIS ET AUX REMUNERATIONS MINIMALES HIERARCHIQUES

 

Entre :  

- Les organisations syndicales soussignées, d’une part ; 

- Et l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie de l’Aube, d’autre part. 

 

TITRE PREMIER : BAREME DES SALAIRES MINIMAUX EFFECTIFS GARANTIS 

 

Article 1 : 

Il est institué un Barème des Salaires Minimaux Effectifs Garantis (SMEG), fixé à l’article 4 du présent accord, s’appliquant aux agents de maîtrise, aux administratifs, techniciens et aux ouvriers occupant des fonctions définies par l’accord national sur la classification du 21 juillet 1975, et employés dans les entreprises entrant dans le champ d’application de la Convention Collective de l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie de l’Aube. 

 

Article 2 : 

Les salaires sont arrêtés pour un horaire mensuel de 151.67 heures, compensation pour réduction d’horaires incluse. Ayant le caractère de salaires, ils n’ont pas à supporter la majoration de 5% à 7% résultant des accords nationaux du 30 janvier 1980 et du 13 janvier 1983 modifiés, et n’ont pas à être pris comme base de calcul de la prime d’ancienneté. 

 

Article 3 : 

Pour la compensation annuelle des sommes réellement perçues par les salariés, avec le présent barème, il sera tenu compte de l’ensemble des éléments bruts de salaire y compris l’ensemble des compensations pour réduction d’horaire, à l’exception de la prime d’ancienneté prévue par la convention collective de la Métallurgie de l’Aube, des sommes versées au titre de l’intéressement des salariés et de la participation des salariés aux résultats de l’entreprise, des sommes ayant le caractère d’un remboursement de frais et des primes ou indemnités prévues par la convention collective de la Métallurgie de l’Aube dues au titre du travail exceptionnel la nuit ou le dimanche ou un jour férié légal, au titre du travail continu en équipes successives et enfin des primes et gratifications ayant un caractère exceptionnel et bénévole. 

Article 4 : 

A compter du 1er janvier 2016, le barème des salaires minimaux effectifs garantis applicables aux personnels s’établit de la façon suivante : 

2016 

Niveau I 

Echelon 1 

Coef 140 17.600

Niveau I 

Echelon 2 

Coef 145 17.623

Niveau I 

Echelon 3 

Coef 155 17.682

 

 

 

 

Niveau II 

Echelon 1 

Coef 170 18.309

Niveau II 

Echelon 2 

Coef 180 18.311

Niveau II 

Echelon 3 

Coef 190 18.544

 

 

 

 

Niveau III 

Echelon 1 

Coef 215 18.649

Niveau III 

Echelon 2 

Coef 225 18.659

Niveau III 

Echelon 3 

Coef 240 19.681

 

 

 

 

Niveau IV 

Echelon 1 

Coef 255 19.775

Niveau IV 

Echelon 2 

Coef 270 20.335

Niveau IV 

Echelon 3 

Coef 285 21.300

 

 

 

 

Niveau V 

Echelon 1 

Coef 305 22.858

Niveau V 

Echelon 2 

Coef 335 24.940

Niveau V 

Echelon 3 

Coef 365 27.438

Niveau V 

Echelon 4 

Coef 395 29.939

 

Article 5 :  

Ces barèmes sont adaptés à l’horaire effectif de travail de chaque salarié. Ils supportent, le cas échéant, les majorations légales pour heures supplémentaires. Ils sont adaptés, le cas échéant, en cas de suspension du contrat de travail pour quelque cause que ce soit, et en cas d’entrée ou de départ du salarié en cours d’année ou de changement de coefficient. 

 

Le barème des rémunérations effectives garanties annuelles subit les abattements prévus pour les rémunérations par les dispositions législatives et conventionnelles, et les abattements prévus pour les jeunes salariés au-dessous de 18 ans. 

 

S'agissant de salaires minimaux effectifs garantis, la vérification interviendra pour chaque salarié en fin d'année ou en cas de départ de l'entreprise en cours d'année, à la fin du contrat de travail. S'il apparaît que la totalité des éléments de la rémunération à prendre en considération est inférieure au montant du salaire minimal effectif garanti applicable, le salarié considéré recevra un complément de rémunération égal à la différence entre les sommes perçues et le montant de la garantie dont il doit bénéficier en vertu du présent texte. 

 

L'employeur informera le comité d'établissement ou, à défaut, les délégués du personnel du nombre de salariés ayant bénéficié d'un apurement de fin d'année. Les mêmes éléments d'information seront communiqués aux délégués syndicaux des organisations syndicales signataires. 

 

Article 6 :  

Les salaires minimaux effectifs garantis n’ont aucune incidence sur les Rémunérations Minimales Hiérarchiques qui restent applicables, notamment pour le calcul de la prime d’ancienneté. 

 

TITRE DEUXIEME : BAREMES DES REMUNERATIONS MINIMALES HIERARCHIQUES 

 

Article 7 : 

Les dispositions du présent titre s’appliquent aux personnels ouvriers, administratifs et techniciens, agents de maîtrise, agents de maîtrise d’atelier. 

 

Article 8 :  

Les Rémunérations Minimales Hiérarchiques (RMH) servent exclusivement de base de calcul à la prime d’ancienneté prévue par la convention collective des industries et des Métiers de la Métallurgie de l’Aube. 

 

Article 9 :  

Les parties signataires sont convenues d’actualiser comme suite le barème des rémunérations minimales hiérarchiques. La valeur du point est revalorisée à 4,59 Euros. 

 

Article 10 :  

Les rémunérations minimales hiérarchiques ci-après définies sont établies sur la base de la durée légale du travail en vigueur et comprennent les compensations pécuniaires dues pour l’ensemble des réductions de la durée de travail. Le barème doit être adapté en fonction de l’horaire de travail effectif réellement pratiqué. 

 

Article 11 :  

Le barème établi sur ces valeurs du point prend effet à compter du 1er septembre 2016. 

 

Article 12 :  

L’UIMM Aube s’engage à ne pas creuser l’écart avec la moyenne régionale de la valeur du point à l’avenir. Cette moyenne régionale est au 25 mai 2016 d’un montant de 4,89 €. 

Pour mémoire, elle fut de l’ordre de 4.86 €, soit une augmentation de 0,03 € 

 

Les valeurs au 25 mai 2016 étant pour : 

- Les Ardennes, de 4.84 € - accord du 28 avril 2015 

- La Haute Marne, de 5,13 € - accord du 2 avril 2015 

- La Marne, de 5.00 € - accord du 13 mai 2016  

- L’Aube, de 4.57 € - accord du 4 juin 2015 

 

Ceci implique que toutes propositions de l’UIMM Aube qui respectent scrupuleusement l’article 12 fassent l’objet d’un accord des partenaires sociaux afin de ne pas remettre en cause l’engagement de l’UIMM Aube relatif à cet article. 

 

Article 13 : 

En application des articles 4 et 5 de l’accord national du 30 janvier 1980 relatif à des garanties applicables aux ouvriers, une majoration de 5% sera ajoutée aux barèmes calculés sur la valeur du point au 1er septembre 2016. 

 

Pour la garantie complémentaire des agents de maîtrise, cette garantie est portée à 7%. 

 

Article 14 :  

En application de l’article L 2231-5 du code du travail, la partie la plus diligente notifiera à l’ensemble des organisations représentatives le texte de cet avenant. 

Le présent accord, en application de l’article L 2231-6 du code du travail est fait en nombre suffisant d’exemplaires pour remise à chacune des organisations signataires et dépôt dans les conditions prévues par la loi. 

 

 

Fait à Rosières-Près-Troyes, le 25 mai 2016 

En 10 exemplaires originaux. 

 

Le Syndicat Départemental des Métaux CGT,  

Le Syndicat départemental des Métaux FORCE OUVRIERE, 

Le Syndicat départemental C.F.D.T de la Métallurgie, 

Le Syndicat départemental C.F.E - C.G.C de la Métallurgie, 

Le syndicat départemental C.F.T.C de la Métallurgie, 

 

L’UIMM Champagne-Ardenne, site de l’Aube : 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top