Tripalio

Retraite complémentaire : une nouvelle QPC écartée par le juge | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

×

L'outil d'aide à la souscription est disponible. Accédez-y ici !

×

Eric Verhaeghe enclenche sa succession opérationnelle à la tête de Tripalio. En savoir plus...

×

La phase bêta de la bibliothèque de contrats du marché en santé collective est disponible ! Si vous possédez un abonnement Tripalio à la base de données, cette bêta est gratuite. Vous n'avez pas encore accès à notre base de données ? Contactez-nous !

Retraite complémentaire : une nouvelle QPC écartée par le juge

Info - Interprofessionnel | Par GUITTET Léo | 30/01/2019 12:04

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Le juge vient de mettre de côté une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur la définition des règles des régimes de retraite complémentaire obligatoire. Le contenu de la demande et la raison du non-lieu à renvoyer son intéressants à connaître.

 

Plusieurs personnes ont demandé à ce que la constitutionnalité des articles L. 911-1 et L. 921-4 du code de la sécurité sociale soit vérifiée. En effet, ces demandeurs pensent que l'habilitation des partenaires sociaux à négocier entre eux les règles applicables au plan national est contraire à la Constitution. 

Le juge valide la compétence des partenaires sociaux définir les règles de retraite complémentaire

Dans leur question, les demandeurs estiment que la loi aurait dû, a minima, déterminer les principes fondamentaux des régimes de retraite. Ils avancent le fait que les règles de prise en compte des contraintes pesant sur les familles pour en bénéficier devraient être définies par le législateur et non par les partenaires sociaux. 

Cependant, le juge considère que cette QPC ne présente "pas un caractère sérieux". En effet, il indique que la négociation par les partenaires sociaux des régimes de retraite complémentaire découle directement de l'application d'un principe constitutionnel : la participation des salariés à la détermination collective des conditions de travail. 

De plus, la Cour de cassation soulève le fait que le contenu des accords collectifs visant à organiser la retraite complémentaire obligatoire n'est pas entièrement libre. Les partenaires sociaux sont limités par des dispositions d'ordre public qui sont prévues par les articles L. 911-2 à L. 914-1 du code de la sécurité sociale. Les demandeurs ne peuvent donc pas dire que le législateur n'a pas encadré les modalités de négociation entourant la retraite complémentaire obligatoire. 

La QPC est donc logiquement écartée par le juge. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top
Carousel

Apprenez à utiliser Tripalio ici !