Tripalio

La négociation formation professionnelle pas loin d'aboutir | Tripalio
jo : La CNIL augmente encore le nombre de ses agents de contrôle       bocc : Révision des salaires dans la CCN des exploitations frigorifiques       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la promotion immobilière       bocc : L'accord santé "RAC0" des SDLM est publié       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN des gardiens d'immeubles       jo : Avis d'extension d'accords à la CCN de la métallurgie d'Ille-et-Vilaine et Morbihan       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie       jo : Avis d'extension d'accords paritaires dans la CCN des services de l'automobile       bocc : Les branches de la presse font le point sur la formation professionnelle       bocc : Un accord salarial dans les industries métallurgiques du Doubs       bocc : La métallurgie de la Haute-Saône revalorise les salaires       bocc : Revalorisation salariale dans la métallurgie de Belfort-Montbéliard       bocc : La représentativité salariale révisée dans la CCN du sport       jo : Apprentissage : comment seront pris en charge les contrats en 2020 ?       bocc : La branche de l'inspection d'assurances révise les salaires RMA       bocc : La CCN du commerce de détail de l'horlogerie-bijouterie est modifiée       bocc : La métallurgie de la Haute-Marne et de la Meuse revalorise les salaires REGA       bocc : L'industrie des produits du sol révise le contrat de travail intermittent       jo : Avis d'extension d'accords régionaux dans les entreprises d'architecture       jo : Avis d'extension d'un accord chez les entreprises artistiques et culturelles      

La négociation formation professionnelle pas loin d'aboutir

Info - Interprofessionnel | Par Mickaël Ciccotelli | 20/02/2018 11:12

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Ajournée par le Medef et la CPME pendant plusieurs semaines, au début de l'année, la négociation sur l'avenir de la formation professionnelle a finalement repris sur les chapeaux de roues début février. Après deux semaines durant lesquelles se sont tenues, au total, quatre séances de discussions, les partenaires sociaux semblent être d'accord sur l'essentiel. 

Une enveloppe inchangée

C'était une exigence non négociable du patronat : la contribution des entreprises à la formation professionnelle telle que prévue par l'accord paritaire n'augmentera pas. Elle demeurera fixée à 1,23 % de la masse salariale pour les entreprises de dix salariés et moins et à 1,68 % de la masse salariale pour les entreprises d'au moins 11 salariés. Ces cotisations représentent un montant total d'un peu moins de 11 milliards d'euros. La question du financement de la future organisation de la formation professionnelle constituait, qui s'en étonnera, la question la plus épineuse de la négociation. En réussissant à faire en sorte que les organisations salariales modérées acceptent une stagnation de la contribution patronale, le Medef a donc largement ouvert la voie à la réussite des discussions. 

Une enveloppe repensée

Cette enveloppe inchangée devrait toutefois donner lieu à une réorganisation des grandes politiques de formation qu'elle finance. En particulier, et en lien avec le souhait émis par le chef de l'Etat de favoriser les reconversions professionnelles, les projets de reconversion pourraient être financés à hauteur de 0,15 point de la contribution globale. En outre, l'accompagnement des personnes en formation atteindrait 3 % des sommes collectées. En revanche, sur la question de la formation des chômeurs, pourtant également jugée prioritaire par l'exécutif - qui escomptait un financement à hauteur de 0,3 point de la contribution globale, les partenaires sociaux s'orientent vers un financement à 0,27 point du total. Une manière de s'affirmer face au gouvernement ? Reste à voir sa réaction. 

Des débats pas tout à fait finis

Ces points d'accord étant entérinés, les représentants patronaux et salariaux n'ont néanmoins pas encore abordé tous les sujets nécessaires. Aussi ont-ils convenu, vendredi dernier, lors de ce qui devait être leur ultime séance de négociation, de se retrouver demain afin de mettre un terme à leurs discussions. En particulier, ils doivent statuer définitivement sur l'avenir du CIF. Si les syndicats de salariés ont bien entendu le fait qu'il était appelé à être fusionné au CPF, encore espèrent-ils que cette disparition, dont le pendant est l'indemnisation des démissionnaires, ne doit justement pas se faire au prix de l'acceptation d'une indemnisation au rabais des démissionnaires. Y verront-ils plus clair demain à ce sujet, alors que la négociation chômage doit se tenir jeudi ? Pas évident... 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top