Tripalio

La réforme des retraites, pour "baisser les dépenses publiques" (Darmanin) | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

×

L'outil d'aide à la souscription est disponible. Accédez-y ici !

×

Eric Verhaeghe enclenche sa succession opérationnelle à la tête de Tripalio. En savoir plus...

×

La phase bêta de la bibliothèque de contrats du marché en santé collective est disponible ! Si vous possédez un abonnement Tripalio à la base de données, cette bêta est gratuite. Vous n'avez pas encore accès à notre base de données ? Contactez-nous !

La réforme des retraites, pour "baisser les dépenses publiques" (Darmanin)

Info - Etat | Par Mickaël Ciccotelli | 17/05/2019 09:12

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

S'exprimant avant-hier devant la Commission des finances du Sénat au sujet, entre autres, de la réforme des retraites actuellement en cours d'élaboration, Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes Publics, s'est une nouvelle fois illustré par son sens de l'à-propos.

 

Alors que l'exécutif veut faire croire le contraire aux Français, il a en effet estimé que la réforme des retraites devait faire "baisser les dépenses publiques". 

L'aveu de Darmanin sur la réforme des retraites

Mercredi dernier, Gérald Darmanin était auditionné par la Commission des finances du Sénat concernant la trajectoire budgétaire de l'Etat durant le quinquennat d'Emannuel Macron. A cette occasion, il a pu se féliciter du fait que les réformes que le gouvernement prévoit de mettre en oeuvre "en 2019 et 2020" permettront de "baisser les dépenses publiques". 

Or, de l'aveu même du ministre, parmi ces réformes figure celle des retraites - et également, soit dit en passant, celle de l'assurance chômage. Afin de bien insister sur l'enjeu budgétaire que constitue la réforme des retraites, M. Darmanin a jugé opportun de donner aux sénateurs une petite leçon de finances publiques : "Je vous rappelle que 14 points de PIB consacrés à la retraite, c'est une question de dépense publique". 

"Je pense à nos enfants et à nos petits-enfants"

Bien évidemment, les propos du ministre ont quelque peu fait réagir l'assemblée sénatoriale. Ainsi, cité par l'AFP, le président de la commission des finances du Sénat, le socialiste Vincent Eblé, s'en est ému. "J'ai été ravi d'apprendre, parce que je l'ai appris, que la réforme des retraites avait pour but de faire des économies" a-t-il déclaré. "J'avais cru comprendre juste le contraire, que c'était une réforme de justice, mais qui en aucun cas avait pour but de conduire à des économies" a-t-il poursuivi afin de justifier son étonnement. 

Prenant peut-être conscience du fait qu'il s'était aventuré dans une affaire potentiellement complexe, Gérald Darmanin a d'abord tenté de jouer sur les sentiments des sénateurs : "Je pense à nos enfants et à nos petits-enfants". Puis il a repris ses esprits, se souvenant qu'en défendant une augmentation de la durée de cotisation, le Président de la République lui-même avait ouvert la voie à une approche budgétaire de la réforme des retraites. "Il [le Président de la République, ndlr] a évoqué de bouger non pas l'âge légal mais la durée des cotisations. Et si vous bougez les années de cotisation, vous avez un certain nombre d'économies" a-t-il déclaré. 

Du moins, les choses sont-elles clairement dites ! 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top
Carousel

Apprenez à utiliser Tripalio ici !