Tripalio

Vers une nouvelle négociation chômage | Tripalio
jo : La CNIL augmente encore le nombre de ses agents de contrôle       bocc : Révision des salaires dans la CCN des exploitations frigorifiques       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la promotion immobilière       bocc : L'accord santé "RAC0" des SDLM est publié       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN des gardiens d'immeubles       jo : Avis d'extension d'accords à la CCN de la métallurgie d'Ille-et-Vilaine et Morbihan       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la bijouterie, joaillerie, orfèvrerie       jo : Avis d'extension d'accords paritaires dans la CCN des services de l'automobile       bocc : Les branches de la presse font le point sur la formation professionnelle       bocc : Un accord salarial dans les industries métallurgiques du Doubs       bocc : La métallurgie de la Haute-Saône revalorise les salaires       bocc : Revalorisation salariale dans la métallurgie de Belfort-Montbéliard       bocc : La représentativité salariale révisée dans la CCN du sport       jo : Apprentissage : comment seront pris en charge les contrats en 2020 ?       bocc : La branche de l'inspection d'assurances révise les salaires RMA       bocc : La CCN du commerce de détail de l'horlogerie-bijouterie est modifiée       bocc : La métallurgie de la Haute-Marne et de la Meuse revalorise les salaires REGA       bocc : L'industrie des produits du sol révise le contrat de travail intermittent       jo : Avis d'extension d'accords régionaux dans les entreprises d'architecture       jo : Avis d'extension d'un accord chez les entreprises artistiques et culturelles      

Vers une nouvelle négociation chômage

Info - Interprofessionnel | Par Mickaël Ciccotelli | 11/07/2018 11:05

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Alors que la dernière négociation de l'accord national interprofessionnel sur l'assurance chômage ne date que de quelques mois, les partenaires sociaux devraient prochainement se retrouver afin de discuter à nouveau de ce sujet. Le Président de la République vient en effet de les inviter à négocier de nouveaux paramètres destinés à favoriser "bien davantage la reprise d’activité" ainsi que "la création d’emplois de qualité". 

Deux objectifs principaux

Dans l'accord Unédic signé au printemps dernier, les partenaires sociaux appelaient les branches d'activité les plus utilisatrices des contrats de travail à durée très courte à négocier afin de limiter le recours à ces formes d'emplois précaires. Le chef de l'Etat estimant aujourd'hui que cet appel du pied ne suffit pas, le prochain accord sur l'assurance chômage devra clairement comporter des éléments engageant les partenaires sociaux nationaux dans ce domaine. En contrepartie de ce qui devrait déplaire aux employeurs, les syndicats de salariés devront s'engager sur une révision des modes de cumul d'une indemnisation chômage et d'un salaire. L'exécutif juge en effet que ce dispositif engendre des situations néfastes, où certains salariés en viennent à préférer de l'emploi non durable, afin d'optimiser leurs ressources mensuelles au détriment de leur insertion professionnelle. 

Des syndicats dubitatifs

Saisis par cette nouvelle demande du Président de la République, les représentants des confédérations salariales se montrent moyennement convaincus par l'opportunité d'une nouvelle négociation chômage. Ainsi, FO n'entend pas parler à nouveau de l'enjeu du cumul emploi-chômage. Cité par Le Monde, Eric Courpotin, de la CFTC, défend la même position, ajoutant : "On ne prend même pas le temps d’évaluer l’impact de la convention signée l’an passé". La CFE-CGC, pour sa part, anticipe l'impossibilité à se mettre d'accord sur un système de bonus-malus sur les contrats très courts. Même la CFDT ne semble pas faire preuve d'un enthousiasme débordant. Toujours citée par Le Monde, sa responsable confédérale Marylise Léon réagit en ces termes à l'invitation de M. Macron : "Nous sommes partants pour cette négociation, mais il reste à voir quelle latitude nous aurons. Ce sera un test grandeur nature". 

Il est vrai que l'on peut tout à fait imaginer que les partenaires sociaux n'auront guère de marge de manoeuvre dans le cadre de cette négociation où le patronat risque fort de ne pas vouloir vraiment instituer un bonus-malus sur les contrats très courts et les syndicats risquent fort pour leur part de refuser une remise en cause du cumul emploi-chômage. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top