Tripalio

Réforme des retraites : coup de tonnerre au sein du patronat | Tripalio
jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord à la CCN ETAR CUMA de la Vendée       bocc : L'accord RAC0 des missions locales au complet       bocc : Prévoyance des IEG : le nouveau calcul du capital décès       bocc : Les nouvelles garanties santé RAC0 des ateliers et chantiers d'insertion       bocc : L'accord RAC0 minimaliste des organismes de formation est paru       bocc : La promotion immobilière diffuse son accord RAC0       bocc : La nouvelle cotisation santé "conjoint" du Syntec est officiellement publiée       bocc : L'accord santé RAC0 de la fabrication paraît au BOCC       bocc : La confiserie publie (enfin) son accord santé RAC0       bocc : A la sécurité sociale, un avenant AGIRC-ARRCO des plus mystérieux       bocc : Le commerce de détail de l'horlogerie-bijouterie revient sur le dialogue social       bocc : Un OPCO a été désigné dans l'expédition de fruits et légumes       bocc : Revalorisation des salaires dans la branche de la prévention et de la sécurité       bocc : Les détaillants-fabricants de confiserie mettent à jour leurs classifications       bocc : La branche de la sécurité sociale fixe la cotisation de retraite complémentaire       jo : Une société d'assurance belge va transférer ses contrats d'assurance non-vie       jo : Avis d'extension d'un accord à la CCN des entreprises artistiques et culturelles       jo : Avis d'extension d'un avenant à un avenant à la CCN de la radiodiffusion       jo : Avis dl'extension d'un avenant à un accord dans le secteur du travail temporaire       jo : Avis d'extension d'avenants à la CCN des industries des jeux et jouets      

Réforme des retraites : coup de tonnerre au sein du patronat

Retraite | Par Mickaël Ciccotelli | 31/01/2020 10:05

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

L'affaire pourrait faire beaucoup parler d'elle dans les prochains jours et les prochaines semaines : alors que, dans le cadre de la réforme des retraites, le Medef semblait jusqu'à présent tout à fait favorable au principe de la réduction de 8 à 3 PSS de l'assiette de la cotisation au futur régime dit "universel" de retraite, sa position semble avoir nettement évolué ces derniers jours.

 

C'est, en tout cas, ce qu'ont avancé les Echos hier en fin d'après-midi. 

Les retraites et la "compétitivité" des entreprises

D'après le quotidien économique, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a déclaré devant la commission spéciale sur les retraites de l'Assemblée Nationale que la sortie de l'assiette du futur régime universel des rémunérations annuelles supérieures à 120 000 euros pourrait engendrer d'importants problèmes pour les entreprises. 

Devant déplorer une chute future de leur taux de remplacement, les cadres les mieux rémunérés pourraient en effet décider de quitter la France. Les entreprises pourraient, certes, les maintenir sur place en leur proposant des compléments de retraite par capitalisation, mais à un coût bien supérieur à celui du régime AGIRC actuel. La réduction prévue de 8 à 3 PSS de l'assiette de la cotisation pose un "problème de compétivité", d'après M. Roux de Bézieux - qui, soit dit en passant, reconnaît là les bienfaits de la socialisation du financement des retraites... 

Le retour des hostilités industrie-services ?

D'après les Echos, c'est notamment l'UIMM, la puissante fédération de la métallurgie, qui pousserait afin de revenir sur la réduction de l'assiette des cotisations retraites. L'UIMM serait ainsi favorable à un maintien d'une assiette à 8 PSS, comme elle existe à l'AGIRC depuis 1988. Il est fort probable que la position de l'Avenue de Wagram reflète également celle d'autres professions industrielles, dans la mesure où ces professions sont effectivement celles qui ont le plus à perdre à l'évolution de l'assiette de cotisation voulue par le gouvernement. 

Si les professions liées aux services à haute valeur ajoutée, notamment les professions financières, ne semblent pas s'être d'ores et déjà exprimées au sujet d'un éventuel abandon du passage des 8 aux 3 PSS, il y a tout lieu de penser qu'elles refuseront catégoriquement une telle hypothèse. L'assurance, la banque et la gestion de fonds, qui sont évidemment tout à fait favorables à cet aspect de la réforme des retraites, susceptible de leur dégager des marges de progression pour la capitalisation, ne devraient guère apprécier la récente sortie de M. Roux de Bézieux. 

Cette affaire de l'assiette des cotisations retraites est à suivre de près car elle pourrait engendrer des débats très vifs au sein du patronat. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top