Tripalio

Dépendance : et Macron créa la cinquième branche de la Sécurité sociale | Tripalio
jo : Olivier Véran remplace l'un de ses conseillers et nomme un directeur-adjoint       jo : 4 nouveaux membres rejoignent la Haute Autorité de santé       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la blanchisserie teinturerie       jo : Avis d'extension d'un accord dans l'intersecteur des papiers cartons et celluloses       bocc : La CCN du commerce de détail de l'habillement est mise à jour       bocc : Les nouveaux salaires dans les industries de la métallurgie de la Corrèze       bocc : La branche des gardiens et employés d'immeubles fixe de nouveaux salaires       bocc : Un accord sur les salaires dans les industries de la métallurgie du Finistère       bocc : Les nouveaux salaires dans la branche de la métallurgie de la Savoie       bocc : Revalorisation des appointements chez les ingénieurs et cadres de la métallurgie       bocc : La branche des vins et spiritueux révise les salaires des Chais de Cognac       bocc : Le secteur de l'assurance révise son régime de retraite professionnel       bocc : Révision des salaires dans la CCN de l'industrie pharmaceutique       bocc : L'industrie pharmaceutique révise les frais alloués aux métiers de la promotion       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN agricole ETAR de la Creuse       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des exploitations agricoles du Puy-de-Dôme       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN agricole de la Haute-Loire et de la Lozère       bocc : Coronavirus : l'accord "congés payés" de la branche SDLM       bocc : Le champ d'application de la CCN de la bijouterie inclut l'horlogerie       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN des industries alimentaires diverses      

Dépendance : et Macron créa la cinquième branche de la Sécurité sociale

Protection sociale | Par Mickaël Ciccotelli | 20/05/2020 11:18

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Les temps ne sont décidément pas évidents pour les assureurs. Ce matin, la presse nationale a annoncé la présentation prochaine, par le gouvernement, d'un projet de loi relatif au financement de la dépendance et d'un autre relatif à la prorogation de la durée de vie de la caisse d'amortissement de la dette sociale (CADES).

 

Pour la dépendance, l'exécutif s'oriente vers la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale. 

La prise en charge de la dépendance socialisée

D'après les informations qui circulent ici ou là, deux mesures sont au fondement des deux projets de loi gouvernementaux. Il s'agit, d'une part, du transfert de 136 milliards d'euros de dettes sociales à la CADES. Ce transfert rend nécessaire le report de dix ans de la disparition de cette institution, désormais prévu pour 2033. Il résulte notamment du coût des mesures sociales prises afin d'accompagner les entreprises et les salariés durant la crise sanitaire. 

L'autre mesure concerne le financement de la dépendance. Il doit être institué comme un cinquième risque pris en charge par la Sécurité sociale. Au départ, une fraction de la CSG permettra la prise en charge de la dépendance - le montant de 2,5 milliards d'euros en 2024 est évoqué à ce sujet. Il y a par ailleurs fort à parier que le prolongement de la CADES n'est pas étranger à la décision de socialiser le financement de la dépendance. 

Une défaite pour l'assurance

C'est sans nul doute avec amertume que les assureurs prendront connaissance de ces deux nouvelles et, tout particulièrement, de celle relative à la dépendance. Il est vrai que, dans ce dossier, la profession avait potentiellement un rôle important à jouer : a priori, la nature de ce risque lourd paraît tout aussi, sinon plus, compatible avec les principes d'une gestion provisionnée qu'avec ceux d'une gestion entièrement mutualisée. 

On pourra, certes, s'interroger sur les raisons qui ont conduit le gouvernement à préférer miser sur la Sécurité sociale plutôt que sur les sociétés d'assurance. Rappelons d'abord que le rapport Libault avait préparé le terrain à un telle orientation étatiste. Les relations complexes que les assureurs ont pu entretenir avec les pouvoirs publics ces dernières semaines, dans le cadre du financement des mesures d'urgence impliquées par la crise sanitaire, n'ont pas dû contribuer à un retournement de tendance. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top