Tripalio

1er mai : la CGT victime d'une attaque violente | Tripalio
jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN des services de santé au travail       jo : L'enquête de représentativité des syndicats de pharmaciens est ouverte       bocc : Les entreprises de propreté s'accordent sur l'égalité professionnelle       bocc : Révision des salaires dans la CCN des structures associatives de pêche       bocc : Mise à jour des salaires dans la branche des offices publics de l'habitat       bocc : La branche des industries et services nautiques s'accorde sur le CDI de chantier ou d'opération       bocc : Un accord sur le travail de nuit dans les industries et services nautiques       bocc : Modification d'une délibération dans le cadre de l'ANI sur l'AGIRC-ARRCO       bocc : Une double mise à jour pour l'ANI sur le régime AGIRC-ARRCO       bocc : Une délibération relative à l'activité partielle dans le cadre de l'ANI sur l'AGIRC-ARRCO       jo : AT-MP : des nouveautés liées au coronavirus actées par décret       bocc : La branche de la métallurgie de l'Aisne fixe la garantie de rémunération GRE       bocc : La branche du sport CCNS fait et le point sur le travail à temps partiel       jo : Avis d'extension de la CCN des particuliers employeurs et de l'emploi à domicile       jo : Avis d'extension d'avenants dans la branche FIAC : ingénierie territoriale d'intérêt général       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les branches de l'imprimerie de labeur et de la sérigraphie       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les branches de l'imprimerie de labeur et la publicité       jo : Avis d'extension d'un accord dans le transport en navigation intérieure       jo : Avis d'élargissement au commerce de gros d'un avenant dans la poissonnerie       bocc : La branche de la mutualité s'accorde sur l'égalité professionnelle femmes-hommes      

1er mai : la CGT victime d'une attaque violente

Paritarisme | Par Mickaël Ciccotelli | 03/05/2021 11:06

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Le traditionnel défilé parisien du 1er mai n'a pas été de tout repos pour la CGT : à la fin de la manifestation, des militants de l'organisation ont été victimes d'attaques violentes de la part de plusieurs dizaines d'individus à l'identité incertaine.

 

A la suite de cette agression, des dirigeants d'autres confédérations syndicales de salariés ont fait part de leur soutien à la CGT. 

Une agression violente en fin de cortège

D'après les informations évoquées un peu partout dans la presse depuis samedi, c'est en fin de cortège, alors que les manifestants s'apprêtaient à quitter la place de la Nation, que des militants de la CGT ont été violemment pris à partie par "plusieurs dizaines" d'individus. Le bilan de l'assaut est lourd, puisque la centrale dénombre "21 blessés, dont 4 graves" - qui ont été hospitalisés mais qui ne le sont plus à l'heure actuelle. 

D'après le témoignage d'une responsable confédérale de l'organisation, Céline Verzeletti, citée par France Info, "les violences ont eu lieu au moment où les camions de la CGT devaient se mettre de côté pour sortir de la manifestation. Ces personnes s'en sont prises au camion et ont cassé des vitres". La représentante cégétiste poursuit : "Ensuite, elles se sont attaquées physiquement à certaines personnes, en les coursant et les violentant, certains se sont même pris des coups de barre en fer sur la tête". Dans de telles conditions, on comprend aisément le bilan de l'attaque. 

Une attaque à l'origine incertaine

Dans l'état actuel des choses, les informations demeurent contradictoires quant à l'origine de l'attaque dont la CGT a fait l'objet. Dans son communiqué, ca centrale met, certes, en avant le fait que certains agresseurs se sont revendiqués du mouvement des "gilets jaunes". Pourtant, hier soir sur BFM TV, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a reconnu que "tout le monde peut se faire passer pour un 'gilet jaune" et que, d'ailleurs, les chasubles jaunes n'étaient pas très nombreux lors de l'attaque. 

Toujours d'après la CGT, une autre piste doit être envisagée : celle de "l'extrême-droite". La centrale affirme en effet que l'attaque a donné lieu à des "insultes homophobes, sexistes, racistes", tandis que Céline Verzeletti a enfoncé le clou : "On a entendu des insultes racistes, sexistes et homophobes". Le parquet de Paris a ouvert une enquête afin de tirer cette affaire au clair. 

La CFDT et FO en soutien

Peu après cette attaque, de nombreuses personnalités politiques, plutôt issues des partis de gauche, mais également du gouvernement - Marlène Schiappa et Elisabeth Borne - ont tenu à apporter leur soutien aux militants et dirigeants de la CGT. 

Ces derniers ont également pu compter sur l'appui des dirigeants de la CFDT et de FO. Faisant part de sa "solidarité" avec la CGT, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT a ainsi jugé "indigne de s'attaquer à une organisation syndicale et à ses militants". Exprimant lui aussi sa solidarité avec la centrale cégétiste, Yves Veyrier, le secrétaire général de FO a pour sa part dénoncé des violences "intolérables" à l'encontre du mouvement syndical. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top