Tripalio

A la CGT, Martinez continue de placer ses pions pour le (très macronien) 100 % Sécu | Tripalio
bocc : La CCN du personnel des voies ferrées d'intérêt local a fait l'objet d'une dénonciation       bocc : La branche des industries et commerces de la récupération révise les salaires       bocc : Mise en place de l'activité partielle APLD dans la CCN du personnel au sol du transport aérien       bocc : Un accord sur les prêts automobile des agents par les caisses dans la sécurités sociale       bocc : Les organismes de sécurité sociale s'accordent sur la prime de crèche       bocc : Mise à jour de l'indemnité de responsabilité des caissiers dans la CCN de la sécurité sociale       bocc : Révision des frais de déplacement des agents de contrôle dans la sécurité sociale       bocc : La branche de la sécurité sociale révise les frais de déplacements des ingénieurs-conseils       bocc : La sécurité sociale révise les prêts automobile pour les ingénieurs-coonseils       bocc : Sécurité sociale : précisions sur les prêts automobile des agents de direction       bocc : La branche des sociétés financières met à jour les salaires       jo : Entreprises adaptées de travail temporaire : la liste des organismes habilités à les créer est mise à jour       bocc : La branche des entreprises de publicité prolonge son accord sur la CPPNI       jo : Jean-François Delfraissy reconduit à la présidence du CCNE       bocc : Le transport routier met à jour les salaires du secteur du déménagement       bocc : Garanties santé : la CCN de la promotion immobilière met à jour sa grille       bocc : Les cotisations santé de la pâtisserie changent d'assiette       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN des entreprises d'expertises en automobile       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN des organismes de tourisme       jo : Arrêté d'extension d'un accord national dans le secteur social sanitaire et médico-social      

A la CGT, Martinez continue de placer ses pions pour le (très macronien) 100 % Sécu

Paritarisme | Par Mickaël Ciccotelli | 15/02/2021 12:34

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Depuis que Philippe Martinez a pris le pouvoir à la CGT, l'organisation n'en finit plus de défrayer la chronique. En particulier, les dérives de son mode de fonctionnement interne font régulièrement les choux gras de la presse - y compris, il faut bien le reconnaître, les nôtres - aussi bien que ceux du monde de l'édition - comme en témoigne la parution récente d'un ouvrage consacré à la question.

 

N'ayant apparemment pas, parmi ses bonnes résolutions pour l'année 2021, pris celle de pratiquer le pouvoir de manière plus collégiale, Philippe Martinez approfondit son œuvre de mise à l'écart systématique - et brutale - des responsables qui ont émergé lorsque Bernard Thibault dirigeait la centrale. Ce renouvellement des cadres s'inscrit notamment dans une démarche de plus en plus structurée de revendication du 100 % Sécu dans le domaine de la protection sociale. 

Les "emplois Kleenex" de la CGT

Pour rappel, à la CGT, c'est à partir de 2018 que les perspectives de nombreux représentants de premier plan ont commencé à s'assombrir. Dans le domaine de la protection sociale, celui que l'on se met à surnommer, à Montreuil puis dans la presse, le "général Tapioca", juge alors bon d'évincer sans aucun ménagement Mijo Isabey, qui, depuis de nombreuses années, est une spécialiste de la protection sociale, reconnue pour ses compétences dans l'ensemble du monde paritaire et même au sein de l'appareil politico-administratif d'Etat. Le patron de la CGT en profite pour purger le service que dirigeait Mme Isabey de ses éléments les plus gênants. Le cas de Jean-François Naton - chargé du secteur travail, santé et protection sociale à la CGT et vice-président du CESE - est ainsi cité. Il est vrai que M. Naton a le vilain défaut d'être le mari d'Agnès Naton, que Bernard Thibault aurait bien voulu avoir comme successeur. 

La crise sanitaire aidant sans doute, le général Tapioca a ensuite dû se consacrer à d'autres grandes manœuvres pendant un certain nombre de mois. Hélas pour les cadres de la CGT, l'heure n'est plus aux diversions. En cette fin d'hiver, s'apprêtant à préparer son Champ de mars, Philippe Martinez aurait une idée précise de ses prochaines proies. D'une part, il paraît entendu que la représentation de la CGT à l'Assurance Maladie va connaître une évolution importante. D'autre part, alors que la mandature actuelle du CESE, qui a été prorogée d'un an, doit prend fin au milieu de l'année, les interrogations se multiplient quant aux mouvements importants qui ne manqueront pas d'avoir lieu à cette occasion. "Ca risque de valser" résume un responsable confédéral. Gageons que le patron de la CGT va profiter de ces échéances afin, une nouvelle fois, de démontrer sa maîtrise des méthodes modernes de management en douceur. 

La dérive étatiste de la CGT

Les rumeurs vont bon train quant à l'identité des futurs représentants de la CGT au sein de ces deux institutions. "Pour la CNAM, le nom de Christophe Prudhomme revient avec insistance" affirme un bon connaisseur des arcanes confédérales cégétistes. A la pointe de la contestation des médecins urgentistes, Christophe Prudhomme est un militant médiatique de la CGT. "Pour ce qui concerne la future délégation CGT au CESE en revanche, rien ne filtre", précise notre interlocuteur, qui s'interroge : "Martinez choisira-t-il des profils avant tout militants, comme ceci est plutôt la norme dans une centrale ouvrière, ou alors fera-t-il le choix de nommer des experts ?" La question ne manque pas de pertinence puisque, ces derniers mois, du côté de Montreuil, les bureaucrates experts, moins gênants pour Philippe Martinez que des militants rompus aux mauvais coups internes, se multiplieraient comme les pains au sein des services permanents. 

Quoi qu'il en soit de l'identité des futurs mandataires cégétiste à la CNAM ou au CESE, une chose est sûre : tous ces nouveaux sélectionnés devraient avoir un point en commun, celui de se faire avec conviction les porte-parole du nouveau credo du patron de la CGT en matière de protection sociale, le 100 % Sécu. "Alors que, jusqu'à l'arrivée de Philippe Martinez, la CGT défendait le principe d'une approche mélangeant couverture par la Sécurité sociale et couverture définie par les partenaires sociaux, afin de ne pas être à la merci des impératifs budgétaires définis à Bercy, depuis sa prise de pouvoir, les décisions et nominations de mandataires vont systématiquement dans le sens du 100 % Sécu" déplore le responsable confédéral cité plus haut. Ainsi donc, tout indique que, dans les prochaines semaines, le chef de la CGT devrait prendre de nouvelles décisions destinées à faire le lit du projet macronien d'étatisation de nouveaux pans de la protection sociale. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top