Tripalio

Retraite complémentaire : une nouvelle QPC écartée par le juge | Tripalio
jo : Avis d'extension d'un avenant et d'un accord chez les prestataires de services       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la convention collective de la mutualité       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie de la Mayenne       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie du Jura       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN du commerce à prédominance alimentaire       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des bureaux d'études techniques       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des organismes de formation       jo : Avis d'extension d'avenants à la convention collective nationale des avocats salariés       jo : Avis d'extension d'avenants à la CCN des entreprises d'expertises en automobile       jo : Avis d'extension d'accords à la CCN de l'industrie pharmaceutique       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des laboratoires de biologie médicale       jo : Avis d'extension d'un accord à la CCN des entreprises d'architecture       jo : Avis d'extension d'avenants dans la CCN du négoce de l'ameublement       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de l'optique lunetterie de détail       jo : Avis d'extension d'un accord de méthode à la CCN de l'industrie des tuiles et briques       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des commerces de détail non alimentaires       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des commerces et services de l'audiovisuel       jo : Avis d'extension d'un accord dans la convention collective nationale de la librairie       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN des exploitants d'hélicoptères       jo : Avis d'extension d'un avenant à la convention collective des activités du déchet      

Retraite complémentaire : une nouvelle QPC écartée par le juge

Info - Interprofessionnel | Par GUITTET Léo | 30/01/2019 12:04

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Le juge vient de mettre de côté une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur la définition des règles des régimes de retraite complémentaire obligatoire. Le contenu de la demande et la raison du non-lieu à renvoyer son intéressants à connaître.

 

Plusieurs personnes ont demandé à ce que la constitutionnalité des articles L. 911-1 et L. 921-4 du code de la sécurité sociale soit vérifiée. En effet, ces demandeurs pensent que l'habilitation des partenaires sociaux à négocier entre eux les règles applicables au plan national est contraire à la Constitution. 

Le juge valide la compétence des partenaires sociaux définir les règles de retraite complémentaire

Dans leur question, les demandeurs estiment que la loi aurait dû, a minima, déterminer les principes fondamentaux des régimes de retraite. Ils avancent le fait que les règles de prise en compte des contraintes pesant sur les familles pour en bénéficier devraient être définies par le législateur et non par les partenaires sociaux. 

Cependant, le juge considère que cette QPC ne présente "pas un caractère sérieux". En effet, il indique que la négociation par les partenaires sociaux des régimes de retraite complémentaire découle directement de l'application d'un principe constitutionnel : la participation des salariés à la détermination collective des conditions de travail. 

De plus, la Cour de cassation soulève le fait que le contenu des accords collectifs visant à organiser la retraite complémentaire obligatoire n'est pas entièrement libre. Les partenaires sociaux sont limités par des dispositions d'ordre public qui sont prévues par les articles L. 911-2 à L. 914-1 du code de la sécurité sociale. Les demandeurs ne peuvent donc pas dire que le législateur n'a pas encadré les modalités de négociation entourant la retraite complémentaire obligatoire. 

La QPC est donc logiquement écartée par le juge. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top