Tripalio

Réforme de l'assurance-chômage : il y aura un avant et un après | Tripalio
jo : Allianz Vie est agréée pour une nouvelle activité d'assurance       jo : Avis d'extension d'un avenant dans la branche des salariés intérimaires       jo : Avis d'extension d'un accord (Ain) dans la branche des ouvriers du bâtiment       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de l'industrie des produits du sol       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord dans la fabrication de l'ameublement       jo : Avis d'extension d'un accord dans les foyers pour jeunes travailleurs       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les commerces et services de l'audiovisuel       bocc : Le financement de la formation professionnelle dans la CCN des fleuristes       bocc : La branche des fleuristes met à jour son accord sur la classification des CQP       bocc : Mise en place du dispositif d'alternance Pro-A dans la CCN des fleuristes       bocc : La branche de l'inspection d'assurance met à jour les salaires       bocc : Assurances : les nouveaux salaires des producteurs salariés de base       bocc : La branche des commerces de gros s'accorde sur le droit syndical       jo : La GFM est sur le point d'absorber une autre mutuelle       jo : MAIF s'apprête à absorber le portefeuille d'une de ses filiales       jo : MMA veut transférer des contrats IARD à une société d'assurance mutuelle       bocc : La cotisation au fonds collectif santé des intermittents augmente       bocc : La CCN Pact et Arim a son accord santé RAC0       jo : Avis d'extension d'avenants à un accord dans la CCN de l'esthétique-cosmétique       jo : Avis d'extension d'un accord dans les commerces de détail des fruits et légumes      

Réforme de l'assurance-chômage : il y aura un avant et un après

Info - Etat | Par Adrien Pittore | 03/06/2019 11:05

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Les élections européennes étant passées, le gouvernement reprend ses réflexions sur divers sensibles. Parmi eux, celui sur la réforme de l'assurance-chômage, alors que les discussions avec les partenaires sociaux n'ont pas forcément eu les effets escomptés.

 

Fin de la trêve, le gouvernement rouvre les grands dossiers, en particulier ceux qui visent à faire des économies. Le mot avait été déclaré tabou en cette période d'élections européenne. La grande échéance étant passée, l'exécutif se penche dès cette semaine sur le dossier de la réforme de l'assurance-chômage.  

Plusieurs réunions avec les organisations patronales et syndicales sont prévues. L'annonce officielle de la teneur de cette réforme devrait intervenir après le discours de politique générale d'Edouard Philippe, intervention prévue le 12 juin prochain. Le gouvernement étant bien décidé à aller au bout de cette réforme, il risque fortement d'avoir un avant et un après. 

L'exécutif garde le cap sur l'assurance-chômage

Logiquement, et alors qu'il y était (un peu) opposé, le gouvernement devrait vraisemblablement instaurer un système de bonus-malus qui pénaliserait les entreprises usant et abusant des contrats-courts. Une mesure qui avait fait bondir le patronat dont le Medef et la CPME. Les deux organisations avaient d'ailleurs manifesté leur mécontentement en suspendant leur participation aux négociations. 

Le patronat juge ces mesures comme étant dangereux mais aussi inefficaces. Un coup de semonce avant de se rendre à l'évidence que le gouvernement n'entendait pas changer de cap, et donc de revenir à la table des négociations. Pour autant, les deux organisations ne comptent pas rendre les armes et espèrent drastiquement limiter l'ampleur et l'impact de cette mesure.  

"Je le dis et je le redis : ça ne créera aucun emploi." 

Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef 

Le Medef avait d'ailleurs fait appel à Gilles Saint-Paul, professeur à la Paris School of Economics, pour critiquer la mise en place du bonus-malus et appuyer la position du patronat. Un remède qui n'eut pas l'effet escompté. 

Côté syndical, si le silence a un temps été de mise, de là à y voir une approbation et un sentiment de victoire de voir l'abus de contrats-courts par les entreprises être taxé, la CFE-CGC a fait entendre sa voix lorsqu'il a été question de taxer les cadres et les hauts-salaires. Une position que rejoint FO. En somme, il est question de rendre dégressives les allocations versées aux hauts-salaires au-delà d'un certain seuil. 

Des économies recherchées dans tous les domaines

Seuls les cadres de plus de 50 ans seraient épargnés. Une proposition "scandaleuse" pour la CFE-CGC. FO estime que "l’idée est de faire en sorte que les hauts salaires ne sortent pas des systèmes de solidarité pour s’assurer individuellement, mais participent à hauteur de leurs revenus. Si en contrepartie, on leur dit non seulement vous participez mais vous n’aurez droit à rien, ou à moins, on donne tous les arguments pour faire éclater le système." 

Les syndicats plaident plutôt pour le déplafonnement des cotisations chômage, donc des allocations, pour réaliser des économies. Au final, le gouvernement étudie ces deux scénarios. Seulement, il se pourrait que les deux ne soient pas incompatibles. Initialement, le gouvernement prévoyait, avec la réforme de l'assurance-chômage, réaliser entre 800 millions et 1 milliard d'euros d'économies dès l'an prochain. 

Mais ce montant pourrait assez largement varier en fonction de l'ampleur des mesures retenues. Rappelons que dans la lettre de cadrage distribuée aux partenaires sociaux, il était plutôt question d'une économie comprise entre 1 milliard et 1,3 milliard d'euros.  

Le gouvernement sortira donc du bois sous une quinzaine de jours. Pour autant, cela ne signifiera pas la fin des dossiers sensibles, et encore moins la fin de la recherche d'économies. Elles devraient être trouvées du côté du logement (nouveau haro sur les APL à prévoir ?), de l'audiovisuel avec la redevance, du recul de l'âge de départ à la retraite mais aussi de plusieurs niches fiscales. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top