Tripalio

Sécurité sociale : le retour à l'équilibre budgétaire n'aura finalement pas lieu | Tripalio
jo : Allianz Vie veut transférer une partie de ses contrats à l'une de ses filiales       jo : Coronavirus : les préfets peuvent désormais réquisitionner les établissements de soins et le personnel de santé       jo : Travailleurs handicapés : 4 accords de branche sont agréés       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord dans le secteur des industries du bois       jo : Avis d'extension d'accords régionaux (Provence-Alpes-Côte d'Azur) chez les OETAM du bâtiment       jo : Avis d'extension d'accords territoriaux (Lorraine) des OETAM des travaux publics       jo : Avis d'extension d'un avenant à la CCN de la fabrication pharmaceutique       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN de l'industrie du bois de pin maritime en forêt de Gascogne       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie de la Sarthe       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN de la métallurgie de l'Aisne       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord dans le secteur des industries du bois       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN des mannequins       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN de la création et de l'événement       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de l'exploitation cinématographique       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la charcuterie de détail       jo : L'ordonnance "coronavirus" du ministère de l'intérieur       jo : L'ordonnance "coronavirus" relevant du ministère des affaires étrangères       jo : L'ordonnance "coronavirus" du ministère de l'agriculture       jo : Les 2 ordonnances "coronavirus" relevant du ministère de la cohésion des territoires       jo : Les 7 ordonnances "coronavirus" du ministère de l'économie et des finances      

Sécurité sociale : le retour à l'équilibre budgétaire n'aura finalement pas lieu

Info - Etat | Par Mickaël Ciccotelli | 11/06/2019 10:52

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

C'était l'une des bonnes nouvelles sociales, presque incroyable, de l'année 2018 : pour l'année 2019, le gouvernement avait fièrement annoncé la disparition du fameux déficit de la Sécurité sociale.

 

En ce milieu d'année 2019, les choses se présentent finalement sous un jour bien moins rieur qu'escompté : annoncé entre 1,7 et 4,4 milliards d'euros, le déficit de la Sécurité sociale retrouverait son rythme de croisière. 

Les salaires à la peine

D'après la commission des comptes de la Sécurité sociale, deux raisons expliquent notamment cette évolution budgétaire pour le moins spectaculaire. D'une part, la "croissance de la masse salariale" s'avère "nettement inférieure à la prévision initiale". En l'occurrence, alors que l'exécutif tablait, à l'automne 2018, sur une hausse de 3,5 % de cette masse salariale pour l'année 2019, elle devrait en réalité plutôt être proche de 3,1 % - voire même de 2,9 % en prenant en compte l'effet de la "prime Macron" défiscalisée et désocialisée. 

Cette déconvenue salariale contribuerait à ce que les recettes de la Sécurité sociale soient "plus faibles qu'attendu", de l'ordre de 1,7 milliard d'euros - soit l'hypothèse déficitaire la moins défavorable. 

Le coût des mesures "gilets jaunes"

Outre ce premier facteur de diminution des recettes, certaines des mesures annoncées par le Président de la République afin de calmer la révolte des "gilets jaunes" devraient elles aussi contribuer à amputer les recettes de la Sécurité sociale. En particulier, la commission des comptes estime que l'exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires appliquée au 1er janvier coûtera 1,2 milliard d'euros et que la baisse du taux de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois aura pour sa part un coût de 1,5 milliard d'euros. 

En cumulé, ces deux mesures se traduiraient donc par un manque à gagner de 3,7 milliards d'euros pour le budget de la Sécurité sociale. Ajouté au 1,7 milliard d'euros évoqué précédemment, ceci conduit à la borne déficitaire la plus pessimiste, de 4,4 milliards d'euros. 

La Sécurité sociale sur une pente dangereuse

Déficitaire en 2019, la Sécurité sociale pourrait bien en outre, hélas, l'être également en 2020. Entre des prévisions de croissance économique régulièrement revues à la baisse et des dépenses nouvelles en prévision pour environ 1,5 milliard d'euros - réindexation sur l'inflation des pensions de retraite de moins de 2000 euros bruts et augmentation à 1000 euros de la pension de retraite correspondant au "minimum contributif - les perspectives financières ne sont pas des plus roses pour la Sécurité sociale.  

Dans cette configuration, on se demande évidemment comment le gouvernement compte s'y prendre pour engager durablement la Sécurité sociale sur la pente du désendettement. 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top