Tripalio

L'Europe impose à tous les employeurs d'avoir un moyen fiable de mesurer la durée du temps de travail journalier | Tripalio
jo : Avis d'extension d'un accord à la CCN des services de santé au travail       jo : Modification d'un arrêté d'extension d'un accord dans les entreprises sociales de l'habitat       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN de l'audiovisuel et l'électronique       jo : Extension d'un avenant dans la CCN des espaces de loisirs, d'attractions et culturels       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN des remontées mécaniques       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN de l'esthétique cosmétique       jo : Elargissement d'un accord dans la poissonnerie aux commerces de gros de poissons       bocc : Les nouveaux salaires dans la branche de la pharmacie d'officine       bocc : La branche de la pharmacie d'officine révise les frais d'équipement       bocc : Les avocats salariés révisent la contribution conventionnelle       bocc : Les organismes de formation s'accordent sur la formation professionnelle       bocc : Révision de la contribution conventionnelle pour le personnel des cabinets d'avocats       bocc : La branche des industris chimiques met à jour les salaires       bocc : Covid-19 : l'industrie chimique revoit le fonctionnement de sa CPPNI       jo : Une nouvelle directrice pour le cabinet de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées       jo : Audience syndicale dans les TPE : les dates de vote sont fixées       bocc : Une CCN rénovée pour le commerce de détail alimentaire       bocc : Une nouvelle CCN du commerce de détail alimentaire spécialisé est créée       bocc : Covid-19 : la pharmacie d'officine adapte sa santé et sa prévoyance au dernier décret       bocc : Fusion imminente pour les 4 CCN des papiers et cartons      

L'Europe impose à tous les employeurs d'avoir un moyen fiable de mesurer la durée du temps de travail journalier

Info - Entreprises | Par Adrien Pittore | 05/06/2019 11:17

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Dans une récente décision, la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) rappelle que les employeurs européens ont l'obligation de mettre en place des systèmes fiables pour contrôler le temps de travail de leur(s) salarié(s), quelle que soit la taille de la société.

 

Ce n'est pas une recommandation ni un conseil mais bien une nouvelle obligation qu'a formulée la Cour de Justice de l'Union Européenne. Dans un communiqué de presse publié le 14 mai dernier, la CJUE ordonne aux Etats-membres d'obliger les employeurs à installer des systèmes "permettant de mesurer la durée du temps de travail journalier effectué par chaque travailleur." 

Aucune distinction n'est faite selon le statut des sociétés ou de leur taille. Cette décision ne devrait pas remettre en cause la législation française. En cas de contrôle par un inspecteur du travail, un employeur doit être en mesure de justifier la durée effective de travail de chaque salarié, durée de travail qui se différencie du temps de présence.  

Faire valoir la sécurité et la santé au travail

Dans cette affaire traitée, "le syndicat espagnol Federacion de Servicios de Comisiones Obreras (CCOO)a saisi l’Audiencia Nacional (Cour centrale, Espagne) en vue d’obtenir un jugement constatant l’obligation pour Deutsche Bank SAE d’établir un système d’enregistrement du temps de travail journalier effectué par les membres de son personnel." 

Une mesure qui supplanterait le droit national ibérique qui prévoit, comme en France, l'obligation du contrôle du temps de travail. Mais surtout, le syndicat argue qu'il en va de la sécurité et de la santé des travailleurs car ce calcul permettrait aussi de faire respecter leur temps de repos. Avant le jugement, les heures de travail étaient comptabilisées mensuellement, de même que les heures supplémentaires étaient seulement inscrites dans un registre. 

La Cour relève tout d’abord l’importance du droit fondamental de chaque travailleur à une limitation de la durée maximale du travail et à des périodes de repos journalier et hebdomadaire Les États membres sont tenus de faire bénéficier effectivement les travailleurs des droits qui leur ont été conférés, sans que les modalités concrètes choisies pour assurer la mise en œuvre de la directive puissent vider ces droits de leur substance. La Cour rappelle à cet égard que le travailleur doit être considéré comme la partie faible dans la relation de travail, de telle sorte qu’il est nécessaire d’empêcher que l’employeur lui impose une restriction de ses droits. 

Cour de Justice de l'Union Européenne 

Pour la CJUE, il est donc indispensable de déterminer "de façon objective et fiable le nombre d'heures de travail effectuées ainsi que leur répartition dans le temps" et le "nombre d'heures supplémentaires". Dans le cas contraire, les travailleurs seraient dans "l'impossibilité de faire respecter leurs droits", notamment en ce qui concerne leur temps de repos. 

La juridiction ne donne pas de solution clé en main pour contrôler de façon optimale le temps de travail des salariés. "Il incombe aux États membres de définir les modalités concrètes de mise en œuvre d’un tel système." Les systèmes numériques et autres pointeuses devraient vraisemblablement se multiplier.  

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top