Tripalio

Amazon l'a fait : une IA traque les employés les moins productifs et les licencie | Tripalio
jo : Avis d'extension d'un accord à la convention collective de la pharmacie d'officine       jo : Une nouvelle représentante CFE-CGC arrive à la CAMIEG       jo : Avis d'extension d'avenants dans la boulangerie-pâtisserie artisanales       jo : Avis d'extension d'un accord dans la branche de la restauration de collectivités       jo : Avis relatif à l'extension d'un avenant à la convention collective nationale du sport       jo : Avis d'extension d'un avenant dans les machines et matériels agricoles SDLM       jo : Avis d'extension d'un avenant dans le transport en navigation intérieure       jo : Avis d'extension d'un accord dans la convention collective de la plasturgie       jo : Avis d'extension d'un accord dans le secteur des industries et importation des bois       jo : Avis d'extension d'accords dans la CCN des organismes de tourisme social et familial       bocc : Les nouveaux salaires dans la branche de la distribution de papiers-cartons       bocc : Les géomètres et économistes de la construction révisent les salaires FIIAC       bocc : La branche des activités de déchets révise le transfert de contrats       bocc : Les nouveaux salaires dans les métiers de la transformation de grains       bocc : La branche des jardineries graineteries s'accorde sur le temps de travail       bocc : Un accord IPD (Drôme-Ardèche) dans les CCN des ouvriers du bâtiment       bocc : L'industrie et commerce de gros des viandes s'accorde sur la formation professionnelle       bocc : Revalorisation des salaires dans les industries et commerces de gros de viande       bocc : Révision de la prime de coupure et du congé spécial dans la restauration rapide       bocc : La branche de la restauration rapide met à jour les salaires      

Amazon l'a fait : une IA traque les employés les moins productifs et les licencie

Info - Entreprises | Par Adrien Pittore | 30/04/2019 10:02

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Le média états-unien The Verge a pu consulter des documents qui mettent en évidence qu'Amazon utilise une intelligence artificielle pour suivre la productivité de tous ses employés et licencier les moins productifs. Une pression énorme pour les salariés du géant de l'e-commerce.

 

Certains appelleront ça le progrès, d'autres crieront au scandale. Amazon, dont les pratiques managériales avaient déjà été décriées de nombreuses fois, pousse un peu plus loin la course à la productivité de ses employés. Le magazine états-unien The Verge a pu consulter un document secret prouvant que le géant du e-commerce traque ses salariés via une intelligence artificielle. 

Cette dernière mesure la productivité de chacun afin d'en tirer un classement. Le système tient le compte du nombre de colis scannés. Si jamais un employé arrête trop longtemps de scanner des paquets, ou si sa pause est trop longue, l'IA envoie automatiquement un avertissement au concerné. Dans le pire des cas, un licenciement automatique, et donc robotisé, peut être décidé. 

L'IA compte aussi les pauses toilettes

Les systèmes d’Amazon suivent le taux de productivité de chaque individu. Ces systèmes génèrent automatiquement des messages d’alerte ou de cessation d’emploi [...] sans l’intervention de gestionnaires. 

Dans une lettre signée l'année dernière, un avocat représentant Amazon a déclaré que l'entreprise avait licencié des "centaines" d'employés d'une même usine entre août 2017 et septembre 2018 pour non-respect des quotas de productivité. Un porte-parole de l'entreprise a déclaré qu'au cours de cette période, environ 300 employés à temps plein ont été congédiés pour inefficacité. 

D'après les chiffres obtenus par nos confrères transatlantique, Amazon licencierait donc annuellement près de 10% de ses effectifs pour des raisons de productivité. Certains employés affirment même éviter de prendre des pauses pour aller aux toilettes par peur de voir leur productivité chuter et de risquer un avertissement, voir un licenciement. 

Un management par la pression et la peur

Dans le document consulté, et qui concerne la période entre août 2017 et septembre 2018, on constate qu'il y a plus de 900 entrées renvoyant toutes à des licenciements. Tous ont été renvoyés soit pour "productivité", soit pour un motif plus général : le "productivity-trend", traduisez "tendance de productivité". Ce dernier motif est utilisé pour éviter au superviseur de décrire exactement le motif du licenciement. 

Ce n'est pas la première fois qu'Amazon est mis en cause pour les conditions de travail de ses employés. Amazon testait d'ailleurs l'intégrité de ses livreurs en les piégeant avec de faux colis qu'ils devaient rapporter au centre de tri. Le géant de l'e-commerce avait aussi déposé un brevet pour "mettre en cage ses salariés", littéralement. 

Rappelons aussi qu'Amazon n'a pas non plus signé la charte éditée par Mounir Mahjoubi, ex-secrétaire d'Etat chargé du numérique pour "assurer les conditions d’une relation équilibrée, transparente et loyale entre les plateformes de vente en ligne et les TPE-PME". A croire que la transparence leur fait peur. 

 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top