Tripalio

Masque en entreprise : un protocole tardif et alambiqué | Tripalio
jo : Un assureur britannique veut transférer certains contrats à Chypre       jo : Un assureur luxembourgeois va transférer son portefeuille "assurance vie" en France       bocc : Les nouveaux salaires dans la branche de la métallurgie du Bas-Rhin       bocc : Le commerce de détail de fruits et légumes révise le financement du paritarisme       bocc : La prime d'ancienneté révisée chez les non-cadres de la branche des papiers-cartons       bocc : La branche de la prévention et la sécurité révise la reprise du personnel face au covid-19       jo : Arrêté d'extension d'un avenant dans le négoce de l'ameublement       jo : Arrêté d'extension d'un avenant chez les prestataires de services du tertiaire       jo : Arrêté d'extension d'avenants dans la CCN des domaines médico-techniques       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord dans le commerce des articles de sport       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la boulangerie-pâtisserie artisanales       jo : Arrêté d'extension d'un accord à la CCN des entreprises d'architecture       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à un accord dans la branche de l'aéraulique       bocc : La branche des télécommunications s'accorde sur la formatin professionnelle       bocc : Les industries et commerces de la récupération s'accordent sur le dialogue social       bocc : La branche de l'industrie laitière revient sur prévention de la pénibilité       jo : Extension d'un avenant à un accord dans l'expédition de fruits et légumes       jo : Arrêté d'extension d'accords à la CCN de la métallurgie de la Vendée       jo : Arrêté d'extension d'un avenant à la CCN de la métallurgie de Seine-et-Marne       jo : Arrêté d'extension d'un accord (Grand Est) chez les ouvriers du bâtiment      

Masque en entreprise : un protocole tardif et alambiqué

Entreprise | Par GUITTET Léo | 01/09/2020 11:18

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Le voilà ! Le tant attendu protocole national censé encadrer le port du masque en entreprise et définissant les mesures à mettre en oeuvre pour faire face à l'épidémie de coronavirus. C'est sans véritable gêne que le ministère du travail, sous la houlette d'Elisabeth Borne depuis le remaniement, a rendu public le protocole à quelques heures de son entrée en vigueur officielle.

 

Toutes les entreprises sont donc supposées connaître et respecter ce protocole sanitaire "coronavirus" dès aujourd'hui. Une précipitation (pour ne pas dire désorganisation) peu appréciée de l'organisation d'employeurs CPME qui l'a fait savoir hier dans un communiqué. Et ce n'est pas une "semaine de bienveillance" supplémentaire, confirmée par Laurent Pietraszewski (secrétaire d'Etat auprès d'Elisabeth Borne) qui change la donne. 

 

 

 

Le port du masque intermittent en entreprise : nouvelle variable d'ajustement incontrôlable

Le protocole sanitaire qui vient de sortir est nouveau casse-tête pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Le principe de port du masque intermittent fait son apparition comme une variable d'ajustement en fonction des situations particulières en entreprise. Pour permettre de s'y retrouver, un tableau présent en annexe 4 du protocole propose 7 situations dans lesquelles le port du masque intermittent est possible. Parmi ces situations on trouve : la mise à disposition de visières pour les salariés, l'existence d'écrans de protection entre les postes de travail, ou encore l'existence d'une extraction d'air haute fonctionnelle et proportionnelle au volume et à la fréquentation de la pièce. 

Cette grille de situations doit être lue en fonction du niveau d'alerte du département dans laquelle l'entreprise se situe. Ce niveau d'alerte est (évidemment) différent des taux d'incidence du coronavirus officiellement publiés par Santé Publique France. Pour comprendre tout cela il faut donc jongler entre les pages 6 et 7 du protocole sanitaire et les informations délivrées par Santé Publique France. Il aurait été tellement plus simple de proposer une page internet dédiée qui montre simplement dans quel niveau se situe chaque département. Mais non, le ministère du travail préfère créer un nouveau raisonnement labyrinthique dont l'administration a le secret, pour le plus grand bonheur des entreprises. 

Une fois que le chef d'entreprise, ou les services RH, auront réussi à décrypter le protocole, ils devront prévoir l'encadrement du port du masque intermittent... On se demande bien comment le respect du réel aspect "intermittent" pourra être contrôlé et vérifié, à moins de placer une caméra derrière chaque salarié. On peut déjà anticiper les prochains contrôles de l'inspection du travail qui, elle, ne manquera pas de faire du zèle. 

 

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top