Tripalio

Homéopathie : on saura en 2019 si elle est remboursée ou non | Tripalio
bocc : Fusion dans le transport aérien : l'accord de méthode est publié       bocc : L'ANI sur la retraite complémentaire AGIRC-ARRCO reçoit trois avenants       jo : Malgré sa fin annoncée, la COMAREP accueille un nouveau membre du MEDEF       bocc : Avenant sur l'ouverture exceptionnelle des commerces du Pays de Rennes       bocc : Mise en place du dispositif pro-A chez les officiers navigants des transports maritimes       bocc : La branche des ateliers et chantiers d'insertion révise les salaires minima       bocc : Revalorisation des salaires dans la CCN de la métallurgie d'Indre-et-Loire       bocc : Un accord sur le dispositif pro-A chez les prestataires de services du tertiaire       bocc : La branche de la blanchisserie-teinturerie désigne son OPCO       bocc : La branche de la métallurgie du Loiret révise les salaires       bocc : La branche du négoce de l'ameublement met en place le dispositif pro-A       bocc : Les prestataires de services du tertiaire révisent leur contribution à la formation       bocc : Un nouvel accord sur la formation professionnelle dans le négoce de l'ameublement       bocc : La branche des sociétés d'assistance revient sur le droit syndical       bocc : L'industrie des jeux et jouets s'accorde sur le dispositif d'alternance pro-A       bocc : Prévoyance des IEG : le nouveau calcul du capital décès       bocc : L'accord RAC0 des missions locales au complet       bocc : A la sécurité sociale, un avenant AGIRC-ARRCO des plus mystérieux       bocc : La nouvelle cotisation santé "conjoint" du Syntec est officiellement publiée       jo : Avis d'extension d'un avenant à un accord à la CCN ETAR CUMA de la Vendée      

Homéopathie : on saura en 2019 si elle est remboursée ou non

Actu | Par Adrien Pittore | 27/08/2018 10:49

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Le ministère de la Santé a adressé une lettre à la Haute Autorité de Santé pour lancer une évaluation de l’homéopathie. Les conclusions attendues fin février 2019 devront permettre de savoir s’il faut dérembourser ou non cette médecine alternative.  

Remboursera ? Remboursera pas ? La question qui concerne l’homéopathie déchaîne les passions. Mais elle pourrait trouver une réponse d’ici février 2019. Dans une lettre du 1er août, la Direction de la sécurité sociale demande à la Haute Autorité de Santé (HAS) de mener une évaluation sur son efficacité. 

Rendez-vous en février 2019

Dans ce document, le ministère de la Santé somme la HAS de remettre ses conclusions en six mois afin de savoir s’il faut augmenter ou supprimer le remboursement de l’homéopathie. 

Nos confrères du generaliste.fr ont pu s’en procurer une copie. Ils affirment qu’Agnès Buzyn « indique vouloir recueillir l’avis de la commission de la transparence quant au bien-fondé des conditions de prise en charge et du remboursement des médicaments homéopathiques au regard notamment de leur efficacité et leurs effets indésirables, de leur place dans la stratégie thérapeutique, de la gravité des affections auxquelles ils sont destinés, de leur caractère préventif, curatif ou symptomatique, et de l’intérêt pour la santé publique de ces produits. » 

 

La réévaluation des stratégies thérapeutiques remboursables permettant de garantir aux patients les soins les plus pertinents est une nécessité à laquelle les médicaments homéopathiques doivent être soumis comme toute autre spécialité. 

Saisine envoyée à la Haute Autorité de Santé 

 

Dernièrement, le Conseil National de l’Ordre des Médecins avait réaffirmé sa désapprobation des médecines alternatives. Remettant en cause leur efficacité, l’Ordre expliquait que ces procédés ne pouvaient se substituer à des traitements éprouvés scientifiquement. Pour autant, ils peuvent être prescrits comme thérapies complémentaires. 

Même son de cloche du côté de l’Académie nationale de médecine pour qui l’homéopathie est « dénuée de tout fondement scientifique ». Enfin, c’est sans compter sur l’étude des chercheurs de l’université de Yale qui explique que le recours aux médecines alternatives pour traiter un cancer peut s’avérer dangereux et réduire les chances de survie du patient. 

Parallèlement, le nombre de personnes recourant à la médecine alternative ne cesse de grandir en France, au point qu’elle soit considérée comme une concurrence à la médecine allopathique.

0 commentaires

Connectez-vous afin de commenter cet article.

Back to Top