Tripalio

Mensuels ou trimestriels, les chiffres du chômage ne rassurent pas FO | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

Mensuels ou trimestriels, les chiffres du chômage ne rassurent pas FO

Revue de presse - Etat | Par Adrien Pittore | 02/05/2018 10:25

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication provient du site du syndicat de salariés FO

 

Les chiffres du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi pour le premier trimestre 2018 viennent de paraitre. C’est la première fois qu’ils ne sont pas publiés mensuellement. 

Au total, pour toute la France, –DROM incluses– et toutes catégories confondues, on recense ce dernier trimestre 6 592 100 personnes inscrites à Pôle emploi. Ce nombre a diminué de 0,5 point sur le trimestre, mais il a augmenté de 0,2% sur l’année. Pas de décrue significative du chômage, donc. 

Certes, le nombre de demandeurs d’emplois inscrits en catégorie A est bien en légère baisse (-1% sur le trimestre) mais les femmes en bénéficient peu (-0,3% sur le trimestre, oui, mais une augmentation de 0,9% dans cette catégorie sur l’année). 

En parallèle, la précarisation continue de s’aggraver : les inscrits en catégorie B augmentent de 1,8% sur le trimestre et, en catégorie C, augmentent de 1,4% sur le la même période. Le nombre total de demandeurs d’emploi dans les catégories B et C s’élève à 2 185 100 personnes. C’est une tendance lourde, puisque le nombre d’inscrits dans ces deux catégories augmente respectivement de 5,7% et de 9,3% sur l’année ! 

Le nombre de demandeurs d’emplois inscrits et non tenus de rechercher un emploi baisse de manière significative : -5,3% pour la catégorie D (sans emploi, non tenus de rechercher un emploi), -5,2% pour la catégorie E (en emploi, non rechercher un emploi). Ce qui pourrait paraître comme une bonne nouvelle est en réalité la manifestation d’une baisse des bénéficiaires d’un contrat de sécurisation professionnelle, d’une formation ou encore de contrats aidés, nécessaires en temps de crise. 

Dans ce contexte, FO rappelle, notamment, son attachement au CDI, à l’emploi de qualité et à la lutte contre le phénomène de permittence. 

 

0 commentaire

Back to Top