Tripalio

La CGT raille la convocation de la direction de la SNCF par la ministre des transports | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

La CGT raille la convocation de la direction de la SNCF par la ministre des transports

Revue de presse - Etat | Par GUITTET Léo | 09/01/2018 10:46

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication provient du site du syndicat de salariés CGT.

 

La direction de la SNCF a été convoquée ce 8 janvier par le Ministère des transports pour s’expliquer sur les dysfonctionnements intervenus dans les dernières semaines sur le réseau ferroviaire. 

« Vaudeville » qui « pourrait être risible s’il n’était si grave » affirme la Fédération CGT des cheminots, dans un communiqué paru ce jour. 

Car l’actuelle ministre des transports, Elisabeth Borne, ne saurait ignorer la situation dans laquelle se trouve la SNCF, elle qui en a été directrice de la stratégie et membre du comité exécutif, et donc actrice des choix opérés depuis des années qui aboutissent... à ces dysfonctionnements ! 

Car la réforme ferroviaire de 2014, qui a éclaté la SNCF en trois Établissements public à caractère industriel et commercial (EPIC), a largement contribué à la complexification des relations entre services et aggravé les difficultés. De même que les investissements - et la dette qui l’accompagne - des dernières décennies vers les lignes à grande vitesse l’ont été au détriment du réseau classique, entrainant fermetures de lignes et de gares et suppressions d’emplois. 

Toutes les décisions prises convergent vers une privatisation d’un service public pourtant indispensable, et la Fédération CGT des cheminots ne peut que dénoncer la stigmatisation mise en œuvre contre ses agents transformés en boucs émissaires d’une situation dont ils sont les otages. 

Autrement dit « Qui veut tuer son chien, l’accuse de la rage. » 

0 commentaire

Back to Top