Tripalio

FO revient sur la hausse d'impôts prévue en 2018 | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

FO revient sur la hausse d'impôts prévue en 2018

Revue de presse - Etat | Par GUITTET Léo | 09/01/2018 10:56

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication est issue du site du syndicat de salariés FO.

L’Insee a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour 2017 dans sa note de conjoncture publiée le 19 décembre. Elle anticipe une poursuite de la tendance début 2018, mais aussi une hausse des prélèvements obligatoires. 

L’institut national de la statistique (Insee) a relevé à 1,9 % sa prévision de croissance annuelle pour 2017. Cet indicateur, initialement prévu à 1,6 %, avait déjà été revalorisé à 1,8 % en octobre. La cadence, d’environ + 0,5 % par trimestre depuis la fin 2016, devrait se poursuivre au moins jusqu’à la mi-2018. Un tel rythme n’avait pas été observé depuis 2011. Pour rappel, la croissance annuelle avait été de 1,2 % en 2016. 

Selon l’Insee, la hausse du produit intérieur brut (PIB) atteindrait déjà + 1,7 % à fin juin 2018. L’économie française est portée par une hausse de la croissance mondiale, notamment au niveau de la zone euro. La Banque centrale européenne prévoyait mi-décembre des taux de croissance de 2,4 % en 2017 et 2,3 % en 2018. 

 

4,5 milliards d’euros d’impôts en plus pour les ménages 

L’Insee relève aussi, en France, un climat des affaires en hausse continue depuis fin 2016. Il a atteint en novembre 2017 son plus haut niveau en près de dix ans. Dans les prochains mois, la production devrait rester dynamique et l’investissement des entreprises élevé. Par ailleurs, les exportations devraient augmenter et permettre au commerce extérieur de retrouver l’équilibre mi-2018. 

En revanche, malgré des revenus d’activité dynamiques, le pouvoir d’achat des ménages devrait ralentir début 2018, limitant la consommation. En cause, l’élévation de l’inflation et la hausse de la CSG et des taxes sur le carburant et le tabac. Les mesures fiscales plus favorables, comme la baisse de la taxe d’habitation, ne seront effectives que fin 2018. Au total sur l’année, l’Insee estime que les prélèvements obligatoires sur les ménages augmenteraient d’environ 4,5 milliards d’euros, notamment sous l’effet de la fiscalité indirecte.  

 

Focus : Pas de baisse significative du chômage 

Malgré une bonne conjoncture économique, le chômage ne devrait que légèrement décroître dans les prochains mois, selon les prévisions de l’Insee. Établi à 9,5 % au sens du BIT fin 2017, il devrait revenir à 9,4 % mi-2018, soit une baisse de 0,1 point sur un an. Certes, l’économie française devrait continuer à générer environ 100 000 emplois marchands au premier semestre 2018, mais, dans le même temps, le recul de l’emploi non marchand devrait se poursuivre (- 32 000 postes) du fait de la réduction du nombre d’emplois aidés. 

0 commentaire

Back to Top