Tripalio

RAC0 et complémentaires santé : FO s'oppose au gouvernement | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

Bibliothèque de contrats du marché en santé collective : La bêta est ouverte jusqu'au 15/12/18 ! Si vous possédez un abonnement Tripalio à la base de données, cette bêta est gratuite. Vous n'avez pas encore accès à notre base de données ? Contactez-nous et bénéficiez d'un tarif imbattable jusqu'au 15/12/18 !

RAC0 et complémentaires santé : FO s'oppose au gouvernement

Revue de presse - Interprofessionnel | Par GUITTET Léo | 24/10/2018 10:16

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication est issue du site du syndicat de salariés FO.

L’examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) débute par une prise de position de son rapporteur au sujet du « reste à charge zéro ». 

M. Véran vient de déclarer que ce « 100% santé » devait être mis en place sans délai supplémentaire, et sans augmentation de cotisations des complémentaires. 

Première démagogie : le « 100% santé » ne concerne que trois postes de dépenses (optique, dentaire, audio) certes ce sont des dépenses importantes, mais ce ne sont pas les postes les plus élevés en matière de dépenses. 

Deuxième démagogie : laisser penser que les organismes complémentaires, quel que soit leur statut, ont une « cagnotte » qui permet d’absorber des décisions, qui, au passage sont prises par un tiers ! 

L’État décide, les complémentaires paient ! 

Pour les trois familles d’assureurs, les règles de gestion obligent à la création de provisions, au respect de ration de solvabilité. 

Pour les paritaires comme pour les mutualistes, la seule façon de respecter ces règles est d’intégrer dans leurs tarifs les dépenses supplémentaires, il leur est très difficile, voire impossible, de faire appel à des capitaux extérieurs. 

Ainsi, pour respecter la législation et assurer leur pérennité, cesorganismes répercuteront, peu ou prou, ces dépenses supplémentaires. 

Il suffit de reprendre les études publiées par de grands cabinets de courtage pour s’en convaincre. 

FO dénonce ce qui n’est finalement qu’un énième glissement de ladépense publique de Sécurité sociale vers le privé, comme les gouvernements précédents le faisaient aussi. 

Le vieux monde aurait-il du bon pour les finances publiques ? 

0 commentaire

Back to Top