Tripalio

Hausses de salaires inférieurs à l'inflation : FO veut combattre la morosité | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

Bibliothèque de contrats du marché en santé collective : La bêta est ouverte jusqu'au 15/12/18 ! Si vous possédez un abonnement Tripalio à la base de données, cette bêta est gratuite. Vous n'avez pas encore accès à notre base de données ? Contactez-nous et bénéficiez d'un tarif imbattable jusqu'au 15/12/18 !

Hausses de salaires inférieurs à l'inflation : FO veut combattre la morosité

Revue de presse - Etat | Par Adrien Pittore | 03/09/2018 10:57

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication est issue du site du syndicat de salariés FO

 

La hausse moyenne des salaires se situe désormais en dessous de l’inflation, a indiqué le ministère du Travail le 10 août 2018. Une situation qui n’avait pas eu lieu depuis 2011. Pour FO, l’augmentation des salaires et des pensions reste une priorité. 

La direction des statistiques du ministère du Travail constate que dans les entreprises de dix salariés ou plus de l’ensemble du secteur privé (hors agriculture, particuliers employeurs et activités extraterritoriales), l’indice du salaire mensuel de base a augmenté de 0,4 % au 2e trimestre 2018 et de 1,5 % sur un an. Dans ces mêmes entreprises, l’indice du salaire horaire de base des ouvriers et des employés (SHBOE) a progressé de 0,3 % au 2e trimestre 2018 et de 1,4 % sur un an. 

Problème : l’inflation (hors tabac) a augmenté de 1,7 % entre juin 2017 et juin 2018. Ce qui veut dire que le pouvoir d’achat des salariés est au régime sec. Quant aux retraités, ils ne sont guère à la fête. Parmi les récentes annonces du Premier ministre figure notamment la désindexation sur l’inflation des hausses des pensions de retraite. 

Une morosité salariale constatée tous azimuts

Ce régime sec imposé aux salaires avait déjà été constatée par l’OFCE, l’organisme indépendant de prévisions économiques. Au printemps dernier lors de la présentation de ses perspectives économiques qui indiquaient que la croissance était de retour, l’économiste Mathieu Plane avait conclu : Il va bien falloir que les entreprises françaises acceptent d’augmenter les salaires

En juillet 2018, c’était au tour de l’OCDE de tirer la sonnette d’alarme. L’organisation internationale pointait du doigt la faiblesse de l’augmentation des salaires dans les pays industrialisés, et ce en dépit du recul du chômage. Fin 2017, la croissance des salaires dans la zone OCDE était inférieure de moitié à ce qu’elle était en 2007, lorsque le taux de chômage moyen des pays de l’OCDE était à peu près similaire à celui d’aujourd’hui. 

Une stagnation salariale qui touche plus les bas salaires

Plus inquiétant encore, soulignait José Ángel Gurría, secrétaire général de l’OCDE, cette stagnation des salaires touche beaucoup plus les travailleurs faiblement rémunérés que ceux qui se situent au sommet de l’échelle des salaires. Une situation qui alimente la croissance des inégalités. Or, même le FMI en a convenu : le creusement des inégalités met en danger une croissance économique durable. 

Un dernier constat de l’étude de l’OCDE : dans les pays où les syndicats sont puissants, le taux d’emploi est élevé, l’environnement de travail est de meilleure qualité, et le marché du travail est plus à même d’absorber les chocs économiques. 

Pour FO, l’augmentation des salaires est une priorité

Extraits de la résolution générale :

Le Congrès dénonce la persistance de la modération salariale. Il revendique une véritable hausse du pouvoir d’achat réitérant comme priorité et nécessité économique et sociale l’augmentation générale des salaires assortie d’une réelle égalité salariale entre les femmes et les hommes. […] Le Congrès exige l’arrêt du gel des traitements et salaires des fonctionnaires et des agents publics […] Le Congrès défend également une augmentation du pouvoir d’achat des retraités, et demande le retour à l’indexation générale des retraites, pensions et pensions de réversion sur les hausses de salaires 

 



Extrait de la résolution sociale :  

Le Congrès réaffirme que l’augmentation générale des salaires, pensions, minima sociaux est une urgence dans la situation économique désastreuse qui frappe l’ensemble des salariés publics et privés. […] Le Congrès réitère son refus de voir substituer au salaire direct tous les éléments dits de rémunération ou d’accessoires de salaires, qui vont de l’intéressement à l’épargne salariale jusqu’à l’actionnariat salarié en passant par l’épargne retraite, dont les exonérations sociales et fiscales aggravent les déficits des organismes sociaux et participent à l’affaiblissement des régimes de retraite par répartition, au bénéfice du développement de la capitalisation. De même, le Congrès refuse que dans la fonction publique, le blocage du salaire indiciaire s’accompagne d’une distribution inégalitaire et discriminatoire des primes et des indemnités. 

 

0 commentaire

Back to Top