Tripalio

Pour l'UNSA, les CE et l'action sociale subiront de plein fouet le PLFSS | Tripalio

Généralisation de la complémentaire santé : Retrouvez notre dossier spécial en cliquant ici !     Géolocalisez des millions d'entreprises : TripaGE : votre prochain prospect, à portée de clic !     La disruption dans l'assurance collective a enfin un visage : Tripagen Pro, vos contrats multi-branches en un clic !     Besoin de mettre vos contrats en conformité ? Triparator est fait pour vous !

Bibliothèque de contrats du marché en santé collective : La bêta est ouverte jusqu'au 15/12/18 ! Si vous possédez un abonnement Tripalio à la base de données, cette bêta est gratuite. Vous n'avez pas encore accès à notre base de données ? Contactez-nous et bénéficiez d'un tarif imbattable jusqu'au 15/12/18 !

Pour l'UNSA, les CE et l'action sociale subiront de plein fouet le PLFSS

Revue de presse - Entreprises | Par Adrien Pittore | 09/11/2018 12:07

Pour tout article payant consulté, vous vous engagez à respecter les conditions générales d'utilisation, consultables ici

Cette publication été initialement diffusée sur le site du syndicat de salariés UNSA

 

L’UNSA a vivement réagi par un communiqué de presse concernant une disposition votée dans le cadre du PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale). 

Les députés ont adopté mardi 31 octobre un amendement qui risque d’avoir de lourdes conséquences sur les prestations des CE et sur l’action sociale délivrée aux agents publics. 

En effet, il prévoit qu’au-delà d’un plafond (331 euros par an et par agent, montant doublé si enfant à charge), le montant des aides sera soumis aux cotisations patronales d’une part, et à l’impôt sur le revenu d’autre part. 

Au-delà des conséquences pour les budgets des CE, des employeurs ou des structures (COS, CASC, ...) qui versent les aides au départ en vacances, l’achat de biens ou de prestations culturelles, sportives ou de loisirs. 

II s’agit pour l’UNSA d’une nouvelle mesure injuste qui impactera plus fortement encore les salariés et les agents les plus modestes. 

L’UNSA constate qu’aucune étude d’impacts n’a été menée ni présentée. 

L’UNSA demande aux parlementaires de revoir ce dispositif. 

0 commentaire

Back to Top